Concerts
Le Rock Dans Tous Ses États

Evreux

Le Rock Dans Tous Ses États

les 23 et 24 juin 2006

par Tami le 12 juillet 2006

Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer l'article Envoyer l'article par mail

Samedi 24 juin

Deuxième et dernière journée du festival Le Rock Dans Tous Ses Etats. Une fois de plus, je suis en retard et manque la prestation de Jack The Ripper. J’arrive à la toute fin du set de Brisa Roché. L’Américaine qui joue sur le terrain rock-folk-jazz est souvent décrite comme étant artistiquement très proche de la chanteuse Björk et il est vrai que cette ressemblance est frappante, tant vocalement que physiquement... Je quitte la scène B pour la A, où Akli D joue de la musique folk-country kabyle avec des textes un peu engagés.

Sur la scène B, la jolie Anna Ternheim débute son set en jouant seule à la guitare sèche. Elle nous apprend qu’elle est venue de Suède le matin même, spécialement pour le festival. Les compositions mélancoliques et assez sombres de la chanteuse sont influencées par Nick Cave et PJ Harvey. La jeune femme s’installe ensuite derrière son piano et souhaite chanter une chanson de thérapie, To Be Gone, pour l’équipe de football de son pays, qui ont apparemment joué un match calamiteux contre l’Allemagne. La fragilité de cette chanteuse-compositrice nous séduit, de plus sa communication dans un français quasi-parfait est très appréciable. Elle n’hésite pas à parler du contenu de ses morceaux. L’une de ces compositions raconte l’histoire d’un couple habitant dans une petite ville, dans une grande maison. Tout semble parfait pour eux, mais ils ne s’aiment pas... Vous l’aurez compris, Anna Ternheim écrit des chansons d’amour en général très tristes. Elle s’en excuse presque et exprime le désir de chanter autre chose que des ballades romantiques et de plus approprié au festival. Avant de quitter la scène, elle nous livre un petit secret « Tous les songwriters veulent écrire des compositions rock and roll ». On s’attendait à un morceau bien plus énergique que les précédents mais la chanteuse joue I’ll Follow You Tonight, qui reste dans le même registre que les autres chansons.

Une fois de plus, Art Brut démarre leur concert par Formed A Band. Et j’avoue que je suis toujours aussi amoureuse du bel Eddie Argos, la preuve, petit détail vestimentaire inutile que seul une fan repère, le chanteur portait exactement la même tenue que sa dernière venue à Paris en février dernier. Cependant, c’est la troisième fois que j’assiste à la prestation des Anglais et mon regard se porte plus sur les autres membres du groupe (désolé Eddie). Ils prennent vraiment plaisir à jouer. Les deux guitaristes et le batteur sont très souriants alors que la bassiste est toujours un peu en retrait. Jasper Future a bien trouvé sa place dans la formation et n’a rien à envier au précédent guitariste. La prestation est impeccable, peut-être plus carrée que d’habitude et un peu vite expédiée (festival oblige). Art Brut joue plusieurs faces B et inédits, le public réagit presque aussi bien à ces nouveaux morceaux que ceux qui sont présents sur Bang Bang Rock ‘N Roll. Eddie Argos exécute son habituel slam sur Modern Art sous les regards et rires de ses collègues. Puis vient le dernier morceau, Good Weekend, qui selon le chanteur, a été numéro un au Japon, en Australie, en Allemagne, en Yougoslavie, bref un peu partout dans le monde... Eddie Argos scande son cri de guerre « Art Brut : TOP OF THE POPS ! ». Pour la petite histoire, l’émission musicale « préférée » d’Argos (son groupe n’y a jamais mis les pieds) sera supprimée Outre-Manche, faute d’audience.

La première tête d’affiche de la soirée est Dionysos. J’avoue ne pas être du tout sensible aux compositions fantasques du groupe et j’observe donc leur prestation de loin... À la fin du set, une partie du public se précipite pour aller boire une dernière bière, une autre partie va prendre un petit bain electro-rock en compagnie des Infadels, avant le concert tant attendu de Franz Ferdinand.

La pluie commence à venir taquiner le festival. Tous les chapiteaux se trouvant sur le site sont déjà noirs de monde. Il ne me reste plus qu’à m’avancer vers la scène A, en attendant la venue des Écossais, qui comme il est inscrit sur la batterie, ont été rebaptisés pour l’occasion Fronz Ferdanind. Dès leur entrée, je me fais propulser deux mètres vers l’avant. Ils débutent par un très sautillant This Boy et enchaînent avec Auf Achse et Do You Want To. Ils calment ensuite un peu le jeu avec Walk Away, qui perd malheureusement un peu de son romantisme en live. La majorité de la set-list est composée de morceaux du premier album avec Dark Of The Matinée, Michael, Jacqueline, This Fire, Tell Her Tonight et bien sûr Take Me Out. L’album You Could Have It So Much Better a été mis un peu de côté. Les Écossais n’ont pas forcément choisi les meilleurs morceaux et interprètent I’m Your Villain et The Fallen avec l’habituel présentation du groupe par le chanteur Alex Kapranos. Ils font encore l’impasse sur Eleanor Put Your Boots On et Fade Together et je désespère de les voir, un jour, les jouer en live. Autre déception, avant même la sortie de leur second opus, ils disaient avoir déjà plusieurs chansons pour un éventuel troisième album. Mais ce soir, ils ne nous ont fait profiter que d’un seul titre inédit. On déplore un peu tous les automatismes de Franz Ferdinand, mais avec leur rythme infernal de concerts, il semble normal que leur prestation soit aussi carrée.

Le 23ème festival du Rock Dans Tous Ses États n’est pas tout à fait terminé. Il reste encore les prestations de Para One et Digitalism au Banana Club²... Espérons qu’il y ait encore d’autres éditions de ce beau festival qui semble être, chaque année, un peu menacé.



Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n'apparaîtra qu'après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom