Sur nos étagères
Back Home

Back Home

Eric Clapton

par Manu le 5 septembre 2005

1,5

sorti le 30 août 2005 (Reprise Records)

Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer l'article Envoyer l'article par mail

Vous savez quoi ? Eric Clapton va bien ! Pleine forme, riche, amoureux et papa à nouveau. Du coup, il sort un album pour nous le dire. Chouette alors ! Ce Back Home se veut donc comme une ode à la joie de vivre. Seulement, a-t-il pensé au plaisir des gens susceptibles de l’écouter ? J’en doute...

Quand on est une légende vivante, un des tous meilleurs guitaristes du monde et écrit quelques unes des plus belles pages de l’histoire du rock et du blues, il doit être difficile d’être à la hauteur de son propre mythe. J’en convient. Mais peut-on se permettre de sortir un disque aussi insipide ? Car en plus d’être un ramassis de chansons moyennes, tout le disque baigne dans d’horribles cuivres luxuriants et des coeurs féminins à ne plus savoir qu’en faire. Vous obtenez alors quelque chose de fade que l’on pourrait presque classer quelque part entre « Pop FM 80’s » (presque tout l’album) et « Reggae de p’tit blanc » (Say What You Will, et le single Revolution). Même les reprises (I’m Going Left de Stevie Wonder et Love Comes To Everyone de George Harrison) sont ratées.

Pourtant l’ancien « GOD » vient de reformer le légendaire power trio Cream pour quelques concerts historiques. Faisant couler beaucoup d’encre en bien. Ajoutez à cela les récents hommages plus ou moins réussis à Robert Johnson et on pense alors enfin retrouver le vrai Clapton avec un retour aux sources salutaire. On trépigne d’impatience à l’annonce de ce nouvel album. D’autant plus qu’il ne manque pas de collaborations prestigieuses : Steve Winwood (synthétiseur), John Mayer (guitare), Robert Randolph (dobro), Chris Stainton (Fender Rhodes), Stephen Marley (percussion), Abraham Laboriel, Jr. (batterie), Pino Paladino (basse), Toby Baker (clavier). Et quand il arrive ... rien. Un grand vide. Du coup, les fans du monsieur préféreront (j’espère) investir dans les concerts de Cream 2005, sortis en Cd et Dvd.

Le pire dans tout ça c’est qu’on a du mal à lui en vouloir à l’ami Eric. On commence à être habitué aux mauvais disques et on préfère penser à tout le bonheur qu’il nous a donné avec Cream, Blind Faith, Derek & The Dominos ou encore avec John Mayall etc ... Alors on lui cherche des excuses et on s’efforce de trouver de bons points à ce disque. Allons-y : je dirais les titres Lost & Found et Back Home (qui valent à ce disque de ne pas recevoir la terrible note d’une seule étoile). Et oui, c’est tout. Et c’est déjà pas mal car ces deux morceaux sont très bons. Le premier est un blues rock avec un gros son qui tâche bien, jouissif, le second est une ballade acoustique splendide.

Comme le précédent opus, Me & Mr Johnson, ce Back Home sort bien entendu en de multiples éditions avec bonus ou pas, dvd ou pas... A quand le prochain ? Le plus tard possible... Ah si, j’oubliais, il y a les concerts de Cream au Royal Albert Hall début 2005 qui ont été publié en Dvd... Monnaie quand tu nous tiens...



Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n'apparaîtra qu'après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom



Tracklisting :
 
1) So Tired (4:47)
2) Say What You Will (4:35)
3) I’m Going Left (4:03)
4) Love Don’t Love Nobody (7:13)
5) Revolution (5:00)
6) Love Comes To Everyone (4:35)
7) Lost And Found (5:21)
8) Piece Of My Heart (4:22)
9) One Day (5:20)
10) One Track Mind (5:04)
11) Run Home To Me (6:18)
12) Back Home (3:33)
 
Durée totale : 60:00