Portraits
Blur, mis au net

Blur, mis au net

par Milner le 6 avril 2005

Groupe très influent des années 90, Blur a su se renouveler pour conserver sa place parmi l’élite britannique. De Colchester au Maroc, retour sur un itinéraire musical atypique !

Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer l'article Envoyer l'article par mail

Frustré par ses échecs répétés aux auditions, Albarn semblait couler comme un bouchon. Tout le contraire de Coxon qui, inscrit au Goldsmith’s College - prestigieux centre d’art londonien - profitait pleinement de son séjour à Londres et de la distinction de la musique pop de l’époque, suffisamment attrayante pour que n’importe quel adolescent rêve de prendre part à la fête. Tout cela provoque un enivrement et une excitation chez Graham qu’il finit par passer à Damon. C’est après un énième spectacle pathétique à Colchester devant seulement dix personnes que celui-ci décide de se plonger dans la musique pop et d’oublier les vélléités pseudo-intellectuelles qui l’avaient conduit dans une impasse. Il découvre qu’il a perdu la meilleure période de son adolescence et se met à vouloir la récupérer à toute vitesse.

 Excès, Bagarre et Rock n’ Roll

Ce soir-là, l’une des personnes qui assiste au spectacle est Dave Rowntree. Plus âgé qu’eux- il est né en 1963 à Colchester- il prend connaissance de la discussion et propose ses services à la batterie, instrument qu’il pratique depuis l’âge de onze ans dans divers groupes peu importants de la ville. On peut dire que c’est à ce moment-là que le groupe commence vraiment à exister. Mais très peu auraient pu prédire six mois plus tard quand Alex James - connaissance de Graham au Goldsmith’s College- se joint à eux en tant que bassiste que le groupe plongerait dans un déluge d’excès si inouï que même les frasques dérangées d’un Paul Gascoigne sembleraient par comparaison aussi inoffensives qu’une virée de retraités sur la Riviera. de gauche à droite : Dave Rowntree, Alex James, Graham Coxon et Damon Albarn Ils prirent le nom de Seymour, ce qui leur convenait parfaitement, puisque le flou sur l’origine du nom- certains pensent que ce nom vient d’un roman de J.D.Salinger ; d’autres affirment qu’il s’agit d’un personnage de fiction inventé par Damon- semblait également correspondre avec leur identité musicale. Ils commencent à être connus à cause de leur conduite scandaleuse, des cuites qui se terminent dans les commissariats, bagarres dans leurs concerts, remplissage du métro de Londres de graffitis parlant du groupe ... Tout cela fit que le groupe devint célèbre en un rien de temps et que leur nom arrive aux oreilles des principaux chasseurs de talents.

Ce fut Food Records qui vit en ces jeunes de Colchester un groupe voué au succès. La jeunesse de ses membres, leur personnalité musicale encore peu développée et le physique attrayant de Damon et Alex, firent que Food vit en Seymour un groupe malléable et facilement orientable vers le public adolescent. Andy Ross et David Balfe, les patrons du label, eurent cependant quelques objections à opposer au quator. « On leur dit qu’ils devaient se concentrer sur de la bonne matière, et non sur des chansons ridicules. Là-dessus, il n’y eut aucun problème, c’était tellement évident ... Là où on les mit vraiment au pied du mur, ce fut à propos du nom du groupe. On pensait que c’était anticommercial. Comment allait-on signer un contrat avec un groupe au nom aussi horrible ? ». Food leur suggéra une suite de noms parmi lesquels Blur. La légende veut que le groupe opta pour celui-ci parce que les autres propositions leur semblaient encore plus grotesques que Seymour.



[1Sources diverses

Magazine : Rock & Folk, Les Inrockuptibles, Rock Sound, Q Magazine.

Fanzine : Blurb.

Ouvrage : Blur par Juan de Ribera Berenguer (1996).

Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n'apparaîtra qu'après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom