Portraits
Bob Dylan - Part II - Fucking Star System

Bob Dylan - Part II - Fucking Star System

par Giom, Milner le 11 septembre 2007

Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer l'article Envoyer l'article par mail

Dylan a entre-temps à nouveau changé de vie. Il habite maintenant la Californie et a signé sur un nouveau label, Asylum, tenu par le fameux David Geffen. Il a même eu le temps de composer un nouvel album pour lequel il sollicite le Band. De grandes choses en perspective... Mais Columbia ne l’entend pas de cette oreille et se venge en publiant cette année-là un nouveau disque de Dylan, Dylan, pas si nouveau que ça en fait, puisqu’il date de l’époque de Selfportrait et est uniquement composé de reprises (Presley, Joni Mitchell...). À l’époque, la maison de disque l’avait refusé, échaudée par la bouse précédente. Ce ne semble plus être le cas maintenant, on a les vengeances qu’on peut...

JPEG - 7.7 ko
Planet Waves : le retour aux affaires !

Parce qu’en tout cas, l’album pour Asylum qui sort en janvier 74, Planet Waves, avec le Band donc, est d’une toute autre facture. Il est même très bon et signe le retour d’une inspiration dylanienne. Le single-tube Forever Young mettra tout le monde d’accord mais il n’y a pas que ça car l’album dégage une atmosphère enivrante qu’on n’avait peut-être pas entendue depuis Blonde On Blonde. De On A Night Like This jusqu’à Wedding Song, rien ne semble à jeter sur le disque, ce qui, il faut bien l’avouer, n’était pas le cas depuis longtemps pour un disque de Bob Dylan. On retiendra surtout le morceau Dirge, fabuleux dialogue à trois voix entre voix justement, piano et une incroyable partie de guitare acoustique. Retour en forme donc, qui se traduit par un nouveau projet de tournée, la première véritable depuis 1966 ! Et avec le Band en plus ! Les Américains n’en reviennent pas et beaucoup se ruent sur les billets de cette quarantaine de dates prévues. Autant de dates où Dylan revisite son patrimoine le plus connu sans rechigner. Le Band joue même ses propres morceaux à l’occasion. Un triomphe, Dylan est peut-être à ce moment là à un sommet de sa popularité. Tout cela sera retransmis dans le double live Before The Flood, qui fera un carton, atteignant la septième place des charts US. Alors, ça y est, plénitude artistique atteinte pour Bob Dylan ?

Pas tant que ça, car le musicien ne s’en satisfait pas : « Je jouais un personnage sur cette tournée. Je jouais Bob Dylan. Les spectateurs étaient surtout là pour voir ce qu’ils avaient raté la fois précédente. » Éternel insatisfait, Dylan retombe dans une crise existentielle et va se réfugier seul à Greenwich Village (il a en plus à ce moment là des problèmes conjugaux à cause de probables infidélités envers Sara, mais comme on dit, cela ne nous regarde pas !). Il resigne chez Columbia mais plus rien ne semble l’intéresser. On le persuade de venir jouer avec d’autres vieilles gloires folk le 9 mai 1974 à l’occasion d’un concert en soutien au Chili pinochisé. Il y apparaît dans un état pathétique. Rien ne semble plus aller jusqu’à un coup du destin. Il s’inscrit à un cours de peinture, celui d’un professeur juif, Norman Raeben. C’est alors la révélation, dans ce cours, il n’est plus le grand Bob Dylan, il n’est qu’un élève parmi d’autres et Raeben lui redonne goût pour toute entreprise de création. Redynamisé par ces deux mois de cours, il repart en studio à partir de septembre 1974... vers de nouveaux sommets !



[1Sources :

Livres :

  • Dylan B., Chroniques (volume 1), Paris, Fayard, 2005.
  • Ducray F., Manœuvre P., Muller H., Vassal J., Dylan, Paris, Albin Michel, coll. « Rock & Folk », 1978.
  • Shepard S., Rolling Thunder : Sur La Route Avec Bob Dylan, Paris, Naïve, 2005.
  • Vanot S., Bob Dylan, Paris, Librio, coll. : « Musique », 2001.
  • Gill A., Bob Dylan 1962-69 : L’Intégrale Des Années 60, Paris, Hors Collection, 1999.
  • Shelton R., Bob Dylan : Sa Vie Et Sa Musique, Paris, Albin Michel, coll. « Rock & Folk » 1987.

Film :

Scorsese M., No Direction Home : Bob Dylan, Paramount Home Entertainment, 2005.

Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n'apparaîtra qu'après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom