Interviews
Christopher O'Riley

St Malo (Plage de l’Eventail), 13 août 2005.

Christopher O’Riley

par Arnold, Fran le 5 septembre 2005

C’est le pianiste américain Christopher O’Riley qui a été choisi pour réveiller les festivaliers groggys de la veille. Mer plate, sable fin et soleil accompagneront le musicien dans ses transcriptions de chansons de Radiohead. Une occasion rêvée de partager nôtre fanatisme exacerbé pour le groupe oxfordien...

Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer l'article Envoyer l'article par mail

B-Side : Quand avez-vous découvert Radiohead ?

Christopher O’Riley : En 1997, lors de la sortie d’Ok Computer. J’ai lu plusieurs articles de journaux et revues de concerts. J’ai acheté ce disque et ce fut une révélation ! J’ai alors voulu tout connaître de ce groupe : albums, faces b, etc...

BS : Vous êtes de formation classique. Pourquoi avez-vous eu envie de reprendre la musique d’un groupe de rock ?

CR : J’ai d’abord commencé par imiter sur piano leurs chansons. Le jazz est bien-sûr plus facile à retranscrire de manière classique mais Radiohead également ! Les structures de leurs morceaux sont très intéressantes, tellement riches, et puis je me disais ... « Je veux Radiohead ! » (rires). Planet Telex par exemple, c’est une pure chanson rock mais c’est possible !

JPEG - 12.9 ko
&copy Arnold

BS : Avez-vous rencontré le groupe ?

CR : Oui, Thom et Colin en 2003 après leur concert au Madison Square Garden à New York.
Ils sont vraiment très charmants !
J’ai été fasciné par leur intérêt pour la musique classique : nous avons discuté de Debussy, Chopin, etc...
Thom est quelqu’un de très humble et a été surpris quand je lui ai révélé que j’aimais les faces b Gagging Orders et Lift : « On ne lui en parle jamais ! » (rires).
Il a également sourit et s’est senti gêné quand je lui ai dit que la guitare et sa voix suffisaient à rendre le titre How To Disappear... exceptionnel.

BS : Auriez-vous des projets avec eux ?

CR : Non, j’adore ce groupe et j’ai fait ce que je voulais en reprenant à ma manière leur oeuvre. Je me vois mal m’immiscer dans leur travail.

BS : Que pensez-vous du travail de Brad Mehldau ou du String Quartet [1] ?

CR : Je n’aime pas vraiment. Brad Melhdau va trop loin tandis que le « String Quartet » ... je trouve ça ... « dangereux » ! Ce n’est que du copié/collé et ça manque de créativité. Je préfère le trio de jazz « The Bad + » : leur reprise de Karma Police est très réussie.

BS : Quels-sont vont projets futurs ?

CR : Je viens de terminer l’enregistrement de 18 reprises d’Elliot Smith.
J’envisage également de reprendre R.E.M., Cocteau Twins, George Harrison ou encore Tears For Fears.
Je n’écris pas, je ne fais qu’interpréter des musiques que j’affectionne, je suis heureux comme cela.

BS : C’est la première fois que vous jouez sur une plage ?

CR : Oui, tout à fait et je trouve ça incroyable ! J’avais une légère appréhension rien qu’à l’idée de jouer près de joueurs de volley-ball !(rires) Mais le public est sympa, le piano superbe, le son très bon et la vue magnifique.

JPEG - 47.1 ko
Christopher O’Riley © Brrrr


[1Le jazzman et pianiste Brad Melhdau s’est illustré en reprenant quelques titres de Radiohead tandis que le String Quartet est un orchestre à cordes qui a notamment adapté les albums Ok Computer et Kid A.

Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n'apparaîtra qu'après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom