Sur nos étagères
Entomology

Entomology

Josef K

par Milner le 31 octobre 2006

3,5

paru le 24 octobre 2006 (Domino Recording)

Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer l'article Envoyer l'article par mail

Une compilation d’un obscure groupe des Highlands comportant extraits d’albums, raretés, faces B et sessions radio réunis pour la première fois sur un disque. La victoire de l’intelligence sur le matérialisme, en somme. Et voilà.

Comment, ce n’est pas assez long ? Bon, bon, alors ils étaient quatre, plus ou moins loubards d’Édimbourg, en tout cas cent pour cent kids écossais, ils écoutaient de la new wave et ils ont fini par former un groupe, Josef K. Ensuite, ils ont joué du rock. Pas n’importe lequel, de celui qu’on appelle désormais post-punk. Pas psyché pop, surtout pas : du post-punk, c’est-à-dire clair, précis, avec un gros son de basse, une batterie qui invite à la danse, une guitare bien allumée et une autre plus funky et un chanteur. Autant dire qu’ils doivent tout à Gang Of Four et que si vous aimez le combo de Leeds, vous n’avez aucune excuse pour ne pas flasher sur le rock impeccable de Josef K, enfants de l’Écosse qui chantent le romantisme adolescent du début des années 80.

Pardon, ça ne suffit pas ? Il fallait du cran pour sortir une compilation de Josef K. Parce que le répertoire est relativement maigrelet et comme ses contemporains de Buzzcocks ou Joy Division, le quatuor manifestait sa colère et le chanteur Paul Haig couchait son mal-être sur papier. Musicalement parlant, les influences historiques sont à rechercher du côté de The Velvet Underground ou encore Television. Un sens de la mélodie assez développé que certains groupes de l’époque auraient volontiers échangé contre un baril de lessive. Son principal fait de gloire, ce fut le titre Sorry For Laughing, un petit joyau pop qui connut un beau succès d’estime chez les initiés. Puis, plus rien ou presque, pour ainsi dire. Soit une carrière de trois brèves années, de 1979 à 1982. Josef K, c’est un peu le Hollandais Volant : tout le monde (dans le milieu de l’underground) en a entendu parler mais peu l’ont vu, finalement. On ne sait pas toujours trop bien ce que c’est et qui c’est. Le premier effort (The Only Fun In Town) avait beau avoir été enregistré sous le sceau du « Do It Yourself » (comprendre : bricolage musical), il datait d’une époque où le groupe essayait d’être tant bien que mal un groupe, et le résultat était plutôt confus. Plus tard, le combo du se résoudre à mettre de côté leur essai suivant, enregistré, ré-enregistré mais pas tout à fait du goût de Josef K qui s’atomisa dans les semaines qui suivront, lassé par la routine et la vie dans l’autobus.

Comment ça, c’est déjà la fin ? Et la conclusion, fainéant ! Oui, ça vient... En fin de compte, le croustillant d’Entomology est à voir du côté des singles extrêmement rares que sont Radio Drill Time, It’s Kinda Funny, Chance Meeting, échantillons sonores qui inspireront un wagon de formations des années 2000 comme iForward, Russia ! ou Bloc Party. Morceaux frénétiques, intro punk-funk qui plante le décor, nul doute qu’au côté d’Orange Juice, cette vision d’une certaine musique telle qu’on la jouait au nord de l’Angleterre a créé un déclic chez Arctic Monkeys, voire même Franz Ferdinand. À noter trois titres extraits d’une session radio chez le mythique DJ John Peel datant du 22 juin 1981 : on y retrouve entre autre une splendide version du Applebush d’Alice Cooper. La formation laissera donc en héritage cette compilation, sans avoir eu le temps de philosopher sur son environnement. Ce qui est peut-être un bien pour un mal lorsqu’on sait ce qu’il est advenu des formations de la même époque (U2, R.E.M. et consorts). Entomology : un petit glaçon dans le passé de vos vacances. C’est vu désormais ?



Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n'apparaîtra qu'après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom



Tracklisting :
 
1- Radio Drill Time (4’05")
2- It’s Kinda Funny (3’43")
3- Final Request (2’25")
4- Heads Watch (2’06")
5- Drone (3’08")
6- Sense Of Guilt (3’05")
7- Citizens (3’07")
8- Variation Of Scene (3’30")
9- Endless Soul (2’30")
10- Sorry For Laughing (2’59")
11- Revelation (4’18")
12- Chance Meeting (3’07")
13- Pictures (Of Cindy) (2’20")
14- Fun ’N’ Frenzy (2’05")
15- Crazy To Exist (2’59")
16- Forever Drone (2’02")
17- Heart Of Song (2’56")
18- 16 Years (2’32")
19- The Angle (2’40")
20- Heaven Sent (3’40")
21- The Missionary (3’48")
22- Applebush (2’25")
 
Durée totale : 65’30"