Focus
L'année 1967

L’année 1967

par Arnold, Fran, Giom, Psychedd, Our Kid, Milner, Dumbangel le 19 avril 2005

Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer l'article Envoyer l'article par mail

John Peel, devenu plus tard une légende vivante de Radio 1, développa à cette époque-là son style tout en douceur à bord de Radio London : « Personne sur le bateau ou dans les bureaux de la station à Londres n’écoutait ce que l’on diffusait. J’ai donc décidé un jour de mettre un terme au format imposé et de passer des disques que j’aimais. Le premier des managers qui a découvert ma combine fut Brian Epstein qui m’appela en disant que l’idée était géniale mais qu’il se demandait ce qu’en pensaient mes supérieurs à Londres. Apparemment, j’étais la première personne à diffuser Sgt.Pepperdans son intégralité. On avait réussi à me refiler le disque au nez et à la barbe de l’éditeur, si bien que j’ai pu le passer en entier ».

Ces diffusions illégales prirent fin peu de temps après cet événement lorsque le gouvernement travailliste promulga un décret interdisant cette pratique. C’est ainsi que Radio 1, sorte de Radio Caroline légale conçue par la BBC, commença à émettre le 30 septembre 1967 en diffusant son tout premier disque, Flowers In The Rain de The Move dont le groupe fut dans la foulée invité au premier show musical de John Peel intitulé Top Gear.

Même en France, ça commence à bouger, un peu, dans les milieux intellectuels. La perfide Albion a beau être l’ennemie héréditaire, la vague de liberté touche une petite minorité, on est voisins tout de même !
D’autant plus que le pays sort depuis peu de la guerre d’Algérie et que de Gaulle est président. On vit dans le passé, les jeunes veulent maintenant se projeter dans l’avenir. Et la guerre du Viêt-nam touche tout autant puisqu’on parle là de l’ancienne colonie d’Indochine. Les Américains ne font que continuer le boulot, au nom d’une autre idéologie, pour d’autres raisons toutes aussi obscures et colonialistes. Les jeunes français choisiront une voie moins pacifique que leurs homologues américains et anglais. C’est le pays de la Révolution après tout... Sans oublier le barrage de la langue qui rend d’autant plus difficile la compréhension des thèmes abordés dans la musique, et une politique beaucoup plus prohibitive concernant les drogues.

 Les premières communautés hippies

On arrive en 1966 et tout s’accélère. Les premières communautés voient le jour et s’organisent aux États-Unis. À San Francisco, les Diggers s’implantent et deviennent des figures de proue, des modèles et une aide précieuse pour les mois et les années à venir.

JPEG - 34.4 ko
Diggers distribuant des repas

Groupe théâtral d’avant-garde, libertaire, généralement plus vieux que les hippies, ils s’occupent surtout d’assister ceux qui se retrouvent sans rien. Ils fournissent vêtements et quotidiennement, ils distribuent des repas aux plus nécessiteux, mais ce problème est encore marginal... Autant que le mouvement. On les reconnaît à leurs fripes, rien n’est psychédélique chez eux, ils ne ressemblent en rien aux Beautiful People, hauts en couleurs.

Le LSD est sur toutes les lèvres. Les Byrds partent Eight Miles High, Bob Dylan professe, maniant, avec tout le talent qu’on lui connaît, un double sens qui prête à confusion, « Everybody must get stoned ! » dans sa chanson Rainy Day Women #12 & 35. En tout cas, lui il l’est, stoned... Ça rigole fort, il imagine déjà la tête des squares, des gens réglos, quand ils décrypteront ses paroles... Petit cours de langue : «  stoned » signifie lapidé mais aussi défoncé. Alors oui, c’est bien ça le problème et la blague, les jeunes hip, branchés, se font lapider parce qu’ils sont défoncés... Qu’est ce qu’on se marre ! Et il le faut, parce que ça ne va pas durer...



[1À lire absolument : Alain Dister, Oh, hippie days !, Ed. Fayard

[2Sources : Alain Dister, Cultures Rock, Ed. Les Essentiels Milan

Jean-Marc Bel, En route vers Woodstock, Ed. JCLattès/Une Musique

Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n'apparaîtra qu'après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom