Concerts
Live 8

Londres (Hyde Park)

Live 8

Le 2 juillet 2005

par Psychedd le 14 juillet 2005

20 ans après la première édition, Bob Geldof nous refait le coup du concert caritatif géant. Et en matière de gigantisme, il a fait fort en cette année 2005. Le nombre record d’un million et demi de spectateurs à travers le monde a été atteint (sans compter les gens restés devant leurs écrans d’ordinateur ou de télévision), tous réunis contre la pauvreté en Afrique. Mais aussi tous réunis pour vibrer au son du vrai langage universel qu’est la musique...

Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer l'article Envoyer l'article par mail

Et d’un coup, ILS arrivent sur scène. PINK FLOYD !! Je fais un arrêt cardiaque et le public hurle. C’est de la folie et tout ce qui sort de notre bouche, c’est : « Oh mon Dieu ! Putain ! Ca y est », le tout en boucle.
Quand Speak to Me commence, je sens que mes larmes montent. Tout le public se retrouve plongé dans la même émotion, plus un son ne sort de nulle part, tous fixés que nous sommes sur cet écran géant.
Sur le même plan apparaissent ensemble David et Roger, je craque. Subitement, je n’ai plus vraiment mal au crâne, je retire les bouts de mouchoirs de mes oreilles et je sèche mes premières larmes. Cédric rit de bonheur et Guillaume est à peu près dans le même état que moi. Nous ajoutons « Oh ! C’est génial ! » à notre vocabulaire.

Première surprise quand Dave commence à chanter, c’est beau à en pleurer, même que je pleure déjà ! Je lui trouve une voix claire et puissante, comme au bon vieux temps, Roger m’impressionne toujours autant, Nick joue sur une grosse batterie, tout seul et Rick semble avoir été oublié par les cameramen...
Fin de Breathe, le public est ravi et nous aussi.

Enchaînement sur Money que tout le monde connaît forcément et même moi qui ne l’aime pas plus que ça, je me retrouve à la chanter, un sourire niais scotché au visage. Il me semble que c’est à ce moment qu’une caméra montre Rick en train de sourire derrière ses claviers. Cette image me fait tellement d’effet que je me remet à pleurer de bonheur. Wright qui a l’air heureux d’être là, avec Waters à côté, je suis en pleine dimension parallèle. Re-ovation quand ça s’arrête.

Gilmour s’arme d’une guitare accoustique... Ca y est c’est Wish You Were Here, c’est MA chanson, celle qui m’a fait aimer le Floyd. Roger la dédie à Syd Barrett, mais j’avoue que sur le moment, je n’ai rien compris à ce qu’il disait, l’émotion m’ayant fait oublier tout mon anglais... Hyde Park résonne de toutes les voix qui reprennent en cœur cette merveille. C’est la première fois que je vis ça et je ressens un vrai bien-être d’être mélangée à cette foule. Nous sommes tous sur la même longueur d’ondes, nous savons que nous vivons un moment unique. Surprise quand Waters chante le second couplet. Ca m’arrête dans mon élan, mais le symbole est joli alors je recommence à chanter faux. Mais je m’en fous...

Le dernier morceau arrive, Comfortably Numb résonne bizarrement en cette soirée. Derrière le groupe, l’image du mur qui apparaît, ce mur qui les avait séparés et qui fini par les réunir aujourd’hui. Et au dessus de la scène, un message adressé aux dirigeants du G8 « No more excuses » ... J’en tire des conclusions aussi parallèles que le monde dans lequel je suis plongée. Je commence à penser qu’eux non plus n’ont plus d’excuses pour continuer leur gué-guerre. L’image de Gilmour et Waters les bras en l’air à l’instar du public me fait éclater de rire, ce qui me change des larmes et ça fait du bien.
Quand résonne le solo de guitare toutes mes pensées s’arrêtent, je veux profiter de chaque note qui sort des enceintes, je sais que la fin est là. Il me semble que Gilmour improvise un peu et il maîtrise toujours aussi bien. Il fait durer le plaisir, le petit coquin ! Et j’aurai aimé qu’il le fasse durer beaucoup plus...

Quand tout s’arrête, le public est heureux et exulte. Et alors que Dave fuit vers les coulisses, nous voyons ce geste de Roger, qui le rappelle pour l’accolade finale. Les quatre compères réunis, bras dessus-bras dessous, l’air heureux... S’en est trop pour mes nerfs et je passe des larmes de bonheur à une vraie crise de pleurs.

Je m’écouterai, je traverserai le petit étang à la nage et je sauterai sur scène pour leur faire un câlin et en demander rien qu’une de plus... Mais je reste fixée à l’écran, je ne veux pas les voir disparaître et quand c’est fait et que le speaker enchaîne, je me retourne vers Cédric et je pars pour 5 minutes non stop de sanglots. Il n’a pas plu à Hyde Park et pourtant mon barbu était trempé.

Paul McCartney, mon autre héros, achève le Live 8, rejoint par George Michael pour Drive My Car, mais à vrai dire, je n’en ai rien à faire. Je remet mes bouts de mouchoirs dans mes oreilles et j’attend que tous les artistes remontent sur scène au moment du Hey Jude final, juste pour revoir un peu, et même de dos, un des Floyd.

Une semaine après, je me rend compte que je ne suis pas tout à fait revenue et que le retour sur Terre va être plus long et difficile que prévu... Et ce n’est pas que d’avoir vu les Floyd qui m’a mise dans cet état... C’est le simple fait de penser qu’un jour, je dirai « J’y étais » et parce que, tout comme le Floyd, nous étions réunis pour une cause importante...
Les jambes en purée et les yeux piquants, nous nous sommes dirigés vers la sortie, sans dire un mot, entourés de 200.000 personnes aussi heureuses que nous... Je me rappelle avoir fait le chemin de retour au radar, mes seules pensées allant à un endroit où dormir. J’ai tiré le rideau à ce moment, fin de la journée...

Excusez moi d’avoir occulté, oublié, exagéré des choses. Excusez moi si je me suis trompée dans certains détails de mon récit. Pardonnez ma fanattitude mais je ne suis pas la seule à considérer que le grand événement de ce 2 juillet 2005, ce sont les retrouvailles d’une bande de vieux potes qui nous ont donné ce soir là l’une de leurs plus belles prestations...

Et je suis prête à tout revivre, même la migraine.



Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n'apparaîtra qu'après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom