Portraits
Neil Young, une voix dans la nuit

Neil Young, une voix dans la nuit

par Giom le 10 février 2009

Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer l'article Envoyer l'article par mail

 Épilogue

JPEG - 39.7 ko
Que nous réserve-t-il ?

Depuis plusieurs années, Neil Young se fait discret dans ses apparitions. Produisant tout de même des disques avec une régularité impressionnante mais à la qualité variable. On l’a vu partager l’affiche en juin 2001 à Paris avec Oasis, occasion pour le Loner de jouer quelques nouveaux titres. Le 11 septembre 2001, il aurait été très marqué par les attentats de New York et la cérémonie télévisée rendant hommages aux victimes lui a permis de frapper un grand coup avec un message à la clef. Il a en effet joué une poignante version d’Imagine au piano, titre qui retrouvait toute sa pertinence au moment où il était censuré sur les radios américaines pour « pacifisme explicite ». L’événement lui a aussi inspiré le titre Let’s Roll, reprenant les propos supposés d’un des passagers du vol qui allait percuter une des Twin Towers alors qu’il tentait de maîtriser les terroristes. On trouve ce titre sur l’album Are You Passionate ? d’avril 2002. Notons dans la récente discographie du Loner, un concept album, Greendale, conte musical sorti en août 2003 qui de l’avis général est une réussite dans une veine de conteur souvent tentée par Neil Young mais jamais encore vraiment réussie. De plus musicalement, le disque renoue avec les longs soli électriques du Loner toujours aussi captivants Quant au dernier LP Prairie Wind qui a remis le Loner sur le devant de la scène à la fin de l’année dernière, et bien, pour tout vous avouer, je ne l’ai pas encore écouté. Mais ça ne saurait tarder...

 Discographie

(pour s’y retrouver dans tout ça) :

Avec Buffalo Springfield :

Buffalo Springfield (01/67)
Buffalo Springfield Again (12/67)
Last Time Around (08/68)

Avec Crosby, Stills, Nash & Young :

Déjà Vu (03/70)
4 Way Street (02/71)
American Dream (11/88)
Looking Forward (11/99)

Avec le Stills-Young Band :

Long May You Run (10/76)

Neil Young and... :

  • Crazy Horse
Everybody Knows This Is Nowhere (05/69)
Zuma (11/75)
Rust Never Sleeps (06/79)
Live Rust (11/79)
Re-Ac-Tor (10/81)
Life (06/87)
Ragged Glory (09/90)
Arc-Weld (10/91)
Sleep With Angels (09/94)
Broken Arrow (07/96)
Year On The Horse (10/97)
  • The Shocking Pinks

Everybody’s Rockin’ (08/83)

Seul (ou avec des groupes non crédités dans le titre) :

Neil Young (11/68)
After The Gold Rush (09/70)
Harvest (02/72)
Journey Through The Past, bande originale du film (11/72)
Times Fade Away (09/73)
On The Beach (07/74)
Tonight’s The Night (06/75)
American Stars’n’Bars (07/77)
Decade, compilation (11/77)
Comes A Time (11/78)
Hawks And Doves (10/80)
Trans (12/82)
Old Ways (08/85)
Landing On Water (07/86)
This Note’s For You (04/88)
Eldorado, uniquement sorti au Japon et en Australie (03/89)
Freedom (10/89)
Harvest Moon (11/92)
Lucky Thirteen, compilation (01/93)
Unplugged (06/93)
Mirror Ball, avec Pearl Jam (06/95)
Dead Man, bande originale du film (02/96)
Silver And Gold (04/2000)
Road Rock (12/2000)
Are You Passionate ? (04/2002)
Greendale (08/03)
Prairie Wind (11/05)

Sources ayant aidé à la réalisation de cette story :

Jean-Do Bernard, Neil Young, en remontant la rivière, Editions Alternatives, 1997.

Alexis Petridis, Neil Young, le solitaire de Topanga, Camion Blanc, 2001.

Olivier Nuc, Neil Young, Librio, 2002.

Barney Hoskyns, Waiting For The Sun, Allia, 2004.



Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n'apparaîtra qu'après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom