Interviews
Philippe Manœuvre

Philippe Manœuvre

par Arnold, Milner le 17 janvier 2006

Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer l'article Envoyer l'article par mail

IR : A propos de Rock & Folk, aujourd’hui, beaucoup de personnes vous reprochent de virer un peu people en racontant tout les mois les dernières aventures de Pete Doherty.

PM : En même temps, c’est souvent les même personnes qui se passionnent pour les aventure de Sid Vicious ou de Kurt Cobain, qui disent « Ah la la, quand il y avait ces grand héros rock etc. ». Il est là, le héros rock ! Il a juste changé de nom et de look et c’est Pete Doherty ! De même qu’à l’époque des Sex Pistols, on nous reprochait d’avoir été les interviewer. Parce que ça a été une bataille, le punk en France ; les radios cassaient les disques... Quand Sheena Is A Punk Rocker est sorti, j’étais chez France Inter cet après-midi-là avec Brenda Jackson. Elle a fait tous les bureaux d’un étage, Sheena Is A Punk Rocker, elle le trouvait dans les poubelles ! À la fin, on avait une trentaine de 45 tours ! Aujourd’hui, ça paraît idiot mais c’est vrai ! On l’a vécu, on s’est battu pour ça, contre des gens qui nous expliquaient que la musique, c’était pas ça, etc... Donc, si vous voulez, quand les gens vident l’énergie négative autour de Rock&Folk, je ferme les écoutilles et je taille la route. Et puis bon, Pete Doherty, c’est un toxico et c’est rigolo de suivre un toxico. Aujourd’hui, rien dans le monde d’aujourd’hui n’est fait pour ça ! On est dans un monde moderne, lisse, propre, impeccable, très bien tiré à quatre épingles, personne ne se drogue - on est bien d’accord - personne ne boit... Sauf que ça continue quand même. Je trouve que lui, au moins, il a un truc bien, Doherty, c’est qu’il le fait devant tout le monde ! Il descend d’un avion, il fume un pétard, il va en prison ! Il ne se cache pas, il dit « J’ai besoin d’herbe, je suis un toxico et je fais des chansons ». Et ses chansons sont là ! Fuck Forever va rester ! C’est une grande chanson, une des meilleures chansons de l’histoire ! Avec d’autre arrangements, ça faisait un tube énorme ! Simplement, le mec veut pas rester en studio, parce qu’il faut qu’il aille acheter sa drogue, etc... Quand on est venu l’interviewer l’autre jour, il était en train de sortir par la fenêtre... En tout cas, c’est plus rigolo que d’aller voir Mark Knopfler qui est assis avec son dobro et qui nous casse les pieds depuis 1977. Donc bon, des critiques sur Rock&Folk il y en a toujours eu.

C’est comme quand Ungemuth a fait Les 40 Pires Groupes. Au départ, ils se plaignaient comme quoi il n’y avait plus d’écrivains comme Lester Bangs. Et à la fin, ils se plaignent d’Ungemuth qui fait Lester Bangs en l’an 2006... C’est le même ! Un jour, j’étais dans un débat sur Lester Bangs et il y a quelqu’un qui dit : « Est-ce qu’il y a un mec qui a foutu la merde comme Lester Bangs ? ». Je le regarde et je dis « Je crois, oui... ». Tout le monde attend, et d’un seul coup : « Ah oui !Les 40 Pires Groupes ! ». Lester Bangs ,c’était un scandale comme ça tous les mois ! Aujourd’hui, les gens voudraient la bonne odeur du scandale mais il faudrait que ce soit politiquement correct. Or, un bon vieux scandale N’EST PAS correct ! Il faut que ça vous secoue, que ça vous mette hors de vos gonds sinon, ça n’a aucun intérêt ! Mais je comprend la douleur des fans aussi. Mais bon, on en est plus là. Quand on parle de Genesis aujourd’hui, il n’y a même plus Genesis, il n’y a que des groupes tribute. Donc, on peut peut-être se décomplexer un peu, calmer le jeu et essayer de voir les choses avec un certain humour. En même temps, c’est vrai que ça fait très mal.

Mais bon, j’arrête pas de me dire, historiquement, les gens ont jamais été content de ce journal. Il y avait toujours un mec pour gueuler. Il y a eu des batailles : la bataille du hard rock, celle du punk...Cela n’a jamais été donné. Même au niveau du rock français, il a fallu l’imposer. Téléphone, Starshooter, Bijou, c’était pas du tout, du tout gagnant ! Dès qu’on les mettait en couverture, les ventes baissaient. Pendant des années, on a pas pu mettre un noir en couverture de Rock&Folk, c’était terrifiant ! A part un noir mort comme Jimi Hendrix. C’est moi qui ai rompu la malédiction avec Tricky. Et là, on a découvert que le public avait complètement évolué... Des fois, on nous dit : « Rock & Folk, maintenant, arrêtez, vous avez 40 ans, vous êtes adultes, tout ce dont vous parlez, ça doit être le socle d’une statue, etc... ». Si on fait ça, c’est ce que j’explique dans la préface, est-ce qu’on est encore rock’n’roll ? Je suis pas sûr ! Les gamins n’ont pas à endosser la respectabilité que leur transmettent leurs aînés ! Surtout pas ! Mon père n’est jamais venu me dire :« Tu dois révérer Miles Davis ! ». Si il était venu me parler de jazz, je me serai sauvé. Cela ne m’intéressait pas ! J’y suis venu trente ans plus tard, très content d’être tout vierge, frais et dispo. (rires)... J’ai fait mon truc à mon heure ! Et je vois pas pourquoi aujourd’hui, je deviendrai le grand Manitou en disant : « J’espère que vous avez tout vos Dire Straits, que vous aimez Yes, que vous aimez Black Sabbath. Tout est bien... ». Mais on se ferait chier ! La rock-culture est encore vivante ! La jeunesse a le droit de dire « Mouais, ça me plaît pas votre truc... ». On va pas non plus leur enlever ce droit ! Ils n’ont plus le droit de baiser, plus le droit de se droguer, tout le monde a tout fait avant eux... En plus, il faut qu’ils aient du respect ! Attends, c’est pas possible ! C’est pour les anciens combattants le respect ! Nous, on est toujours combattants. On est pas là pour statufier quoique ce soit !

IR : Et par les artistes ? Comment est perçu Rock & Folk ?

PM : En France, que ce soit Pink Floyd ou Pete Doherty, ils se retrouvent tous sur un truc : ils vont parler à Rock&Folk. C’est une revue qui ne les a jamais bullshité. La dernière fois que Pink Floyd a joué au Parc de Sceaux, David Gilmour a demandé à faire trois interviews. On lui a proposé Le Monde, Libé et un autre journal. Et il dit : « Et Rock&Folk ? » « Oh, mais c’est plus ce que c’était... » « Ca existe toujours ? » « Oui » « Eh bien, je veux faire Rock&Folk parce que eux, ils étaitent là en 67 quand on a démarré et ils nous ont aidés. Si ils sont toujours là aujourd’hui, je serai curieux de les revoir. » Et on le voit toujours. Là, il fait un album solo, on est invité. C’est génial, parce que c’est pareil avec les Stones et avec Oasis, etc... On a construit un truc, on les a jamais planté !

IR : Et si l’un de ces artistes produit un disque qui ne vous plaît pas ? Comment vous faîtes ? Par exemple David Gilmour en solo...

PM : Aujourd’hui, qui va acheter un disque de David Gilmour en solo ? Cinquante mille fans absolus, ils achètent un grain de voix, un son de guitare... Enfin j’attends, je l’ai pas encore entendu... Mais ce qui est bien, c’est que j’ai des fans absolus. Si David Gilmour fait un album solo, je vais certainement pas lui envoyer Ungemuth, je vais envoyer Soligny, ou Philippe Thieyre... Des gens qui savent, qui vont pouvoir parler avec lui. Ca servirait à quoi de lui envoyer un mec qui lui dit « C’est nul » ? C’est un monsieur de soixante ans qui fait un disque, c’est respectable. On a ce respect, aujourd’hui, on a aucuns problèmes avec l’une de ces popstars. Ca nous a pas empêché de gueuler contre certains trucs de Oasis notamment leur attitude vis à vis de leurs fans. Et je crois que de toute la presse française, il nous adorent. Oasis nous aime beaucoup, les Libertines nous aiment beaucoup... Et c’est normal puisque Rock&Folk a toujours été écrit par des gamins fanatiques. Mais, j’ai jamais été déçu par ces gens-là. Jamais. C’est pour ça que je continue. Pourtant, il y a des gens très bizarres là-dedans... Mais enfin, franchement quand même, c’est des gens bien, ils vieillissent bien...

IR : Justement, comment font-ils pour vivre aussi vieux tout en restant en pleine forme ?

PM : Il y en a qui sont fatigués quand même. Keith Richards, il est très fatigué sur la dernière tournée. C’est un peu tristounet. Mais, il y en a qui sont encore frais.

IR : C’est étonnant pourtant quand on voit ce que beaucoup ont ingurgité...

PM : Comme dit Garnier, ceux qui sont encore vivants seraient donc des imposteurs ? (rire retentissant - plusieurs tête se tournent dans la brasserie vers notre Philippe national qui continue comme si de rien n’était). Mais si ! Ils sont encore vivants ! « Donc, vous fricotiez pas tellement avec la came puisque vous êtes encore là soixante ans après ! » (ton moqueur). Mais il y en a aussi pas mal qui arrêtent à un moment donné. Mick Jagger a tout arrêté en 1985 (les drogues, les pétards etc...) et il s’est mis au jogging. Quand vous êtes chanteur, vous allez porter la responsabilité d’un boulot. Mais qui reste ? (il feuillette son livre) Jimmy Page peut plus porter sa guitare ; Joe Strummer : mort ; Bob Marley : mort ; Heartbreakers : 3 morts ; Sex Pistols : 1 mort ; Wire : existe encore ; Suicide : existe encore ; Kraftwerk existe toujours ; Motörhead : il est vivant mais pas en bon état ; Michael Jackson : c’est quand même le plus dingue de tout le lot, le plus freaky freaky ; Gang Of Four s’est reformé mais ça va pas ; Ramones : 3 morts ; Cramps : 1 mort ; Diana Ross est là ; Joy Division : 1 mort ; AC/DC : 1 mort... Vous voyez, on a payé notre tribut quand même ! C’est lourd ! Il y a eu une casse humaine incroyable ! Enfin, toutes les années 70, on a dit aux mecs : « Bon t’arrêtes, tu fais ton truc rapidement parce que de toute façon ça va pas durer ». Personne n’aurait pensé que Pink Floyd en 2006 tournerait encore, ou les Stones...

IR : En parlant de Pink Floyd et puisque vous avez des contacts privilégiés, vous avez annoncé, il n’y a pas si longtemps, qu’ils allaient se reformer...

PM : Il devait y avoir la conférence de presse en janvier. Avec les quatre. Avec Waters. Ils devaient présenter PULSE, et en fait tout est annulé parce que Gilmour va faire son album solo d’abord. Et après, il y aura la conférence de presse sur PULSE. PULSE est même plus au programme. Mais quand je l’ai dit il y a un mois et demi, j’avais mon billet de train pour aller à Londres avec Jérôme Soligny à la conférence de presse, c’était vrai et depuis, ça a été reporté. Et il y aura une reformation scénique, je pense. Et pas juste pour des évenements comme le Live 8. Il y aura une mini vraie tournée, je pense.

IR : Vous pensez ou vous en êtes sûr ?

PM : Je pense, j’en ai la très forte impression.

IR : Leur reformation au Live 8 vous a surpris ? Quand vous l’avez apprise ?

PM : Quand je l’ai appris, ça m’a pas tellement surpris. Je sais que c’est vraiment une des très grande formations mythiques. Jagger a toujours dit que Pink Floyd était aussi important que les Stones. Il l’a dit deux fois dans mes interviews. Je disais : « Quand même, les Stones, quelle descendance ! » et il répondait « ... Et Pink Floyd ? Parce que, quand même Radiohead, ne me dites pas que ça vient des Stones... ». Il disait que Pink Floyd a eu autant d’importance que les Stones. Il y a eu un nombre incroyable de groupes qui sont partis dans le psyché, qui ont fait des constructions mentales, des chose qui n’ont rien à voir avec le blues et les progression du blues...

IR : Mais, au niveau des relations du groupe, ça vous a pas surpris ? Parce que quand même, elles étaient assez tendues... Même si la presse a parfois un peu amplifié les choses.

PM : Non... Mais, je pense qu’il n’y a que les idiots qui ne changent pas d’avis. Et Roger Waters, c’est tout sauf un idiot. C’est un grand bonhomme absolu qui a un problème de relationnel. Mais quand il ont vu ce qu’ils faisaient ensemble... De toute façon, c’est terrible, les gens mettent le temps à s’en rendre compte : quand vous êtes un Pink Floyd, c’est comme dit Johnny Rotten dans le prochain Rock & Folk, « Je serai toujours un Sex Pistols. ». Aujourd’hui, il ne parle jamais aux autres membres du groupe sauf quand ils font une tournée et là, ils sont entre potes et il refont le truc des Pistols... Et Pink Floyd, c’était pareil. On l’a vu, c’était sublime ce concert... Je peux vous le dire, j’ai pleuré comme une madeleine... Il y avait de quoi pleurer sur l’instant. C’est tellement beau cette musique, c’est quelque chose qu’on a tous dans nos chromosomes et si ils veulent le refaire c’est magique ! C’est un grand beau moment !



[1Les soirées au Gibus reprendront tous les vendredis soir à partir du mois d’avril. Ces nouvelles sessions verront l’arrivée de nouveaux groupes, dont une dizaine de province.

Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n'apparaîtra qu'après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom