Portraits
Sparklehorse, le dada de Linkous

Sparklehorse, le dada de Linkous

par Giom le 9 mars 2010

Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer l'article Envoyer l'article par mail

 Les débuts du cheval étincelant

La vie est souvent une histoire de chance et à ce moment de sa vie, comme à d’autres, il est vrai que Mark Linkous va en avoir pas mal. Le fait est, alors qu’il commence à composer plusieurs morceaux avec ce groupe appelé maintenant Sparklehorse (le « cheval étincelant » dans notre langue), qu’il a pour amie une fille travaillant chez Capitol Records. Linkous a l’idée de lui jouer quelques unes de ses compositions, idée plutôt bonne car son amie est tout de suite séduite et lui propose d’enregistrer ces quelques titres afin de les faire écouter au boss de A&R, label de Capitol. Linkous se plie au jeu et l’amie (dont l’histoire n’a pas retenu le nom) tient parole, présentant le travail de Linkous au patron de la maison de disques qui réagit de façon enthousiaste, proposant à Linkous de signer Sparklehorse le plus vite possible. Une vraie success story à l’américaine comme on les aime ! Linkous n’aura même pas eu à réaliser le moindre show case pour imposer son projet à une maison de disque, les choses s’étant vraiment faites toutes seules.

La musique de Sparklehorse oscillait déjà à l’époque entre blues, country, rock et jazz, créant un mélange détonnant qui avait pour ambition, selon Linkous, d’atteindre le niveau d’un de ses disques préférés : le Swordfishtrombone du grand Tom Waits avec qui Linkous deviendra très lié par la suite.
Linkous se met donc au travail afin d’honorer son nouveau contrat et enregistre avec son « groupe » un premier single Spirit Ditch qui sort au début de l’année 1995. Mettons nous d’accord tout de suite : le groupe Sparklehorse est donc composé de musiciens interchangeables, souvent d’ailleurs différents entre les enregistrements des disques et les tournées qui suivent.

JPEG - 5.5 ko
le premier LP au nom si compliqué

Parmi les fidèles revenant de façon récurrente dans l’univers de Linkous, on trouve Johnny Hot et surtout Scott Minor, autre multi-instrumentiste mais surtout batteur qui accompagnera très souvent Linkous en tournée. Minor est même qualifié par ce dernier de « véritable bras droit » (quel honneur !). Le single, ballade mélancolique qui annonce déjà la grande maîtrise de ce type de morceau par Linkous, est soutenu par de belles parties de guitare acoustique et électrique. Une belle réussite pour un premier titre même s’il passe relativement inaperçu ce qui n’est pas très étonnant. Mais Linkous possède de toute façon une batterie de morceaux sous son aile et concocte avec ses musiciens du moment (le batteur David Charles, le bassiste déjà cité Johnny Hot et quelques autres...) un premier album de 16 titres qui sort donc chez Capitol dans le courant de l’année 1995 avec un nom marquant car véritablement imprononçable sans avaler sa langue : Vivadixiesubmarinetransmissionplot (que nous appellerons si vous le voulez bien Viva... à partir de maintenant).



Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n'apparaîtra qu'après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom