Portraits
Sparklehorse, le dada de Linkous

Sparklehorse, le dada de Linkous

par Giom le 9 mars 2010

Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer l'article Envoyer l'article par mail

En tout cas, pendant sa convalescence, Linkous, qui rappelons-le possède dans sa ferme tout le matériel nécessaire pour enregistrer de la musique dans son fameux Static King Studio, a tout à fait de quoi s’occuper. Il enregistre donc à nouveau chez lui l’intégralité du deuxième album de Sparklehorse, intitulé Good Morning Spider (ah oui j’oubliais, il y a beaucoup d’araignées chez Mark Linkous, surtout dans la pièce où il fait de la musique) composé essentiellement de titres écrits avant l’accident et qui sortira finalement en juillet 1998. L’album est précédé d’un single, Come On In, nouveau titre à la musique très douce et mélancolique, comme le sont beaucoup des compositions du nouvel album. À sa sortie, le disque est considéré par beaucoup de critiques comme une réflexion sur la vie à la suite de l’accident dont l’artiste fut la victime. Thèse peu pertinente quand on sait que la majorité des titres de ce disque proviennent d’une époque antérieure à l’accident. Peut-être que les rock critics se sont focalisés sur le titre Saint Mary qui date effectivement d’après l’épisode de Londres et qui consiste en un hommage à Mary, l’infirmière qui a soigné Mark durant son hospitalisation dans l’établissement qui, par une heureuse coïncidence, porte le même nom. Cela n’empêche pas Linkous d’user dans le texte de ce morceau de son goût pour ce qu’on pourrait qualifier « d’absurde signifiant » : « The only things I really need is water, a gun, and rabbits ». De toute façon, vous l’aurez compris, avec Linkous, il y a toujours un animal quelque part... En tout cas, mis à part le titre introductif qui dépote sec, le disque est plus calme et les musiques encore plus mélancoliques que sur l’album précédent. La solitude et la mort (ce qui peut expliquer cela) sont à nouveau des thèmes fondateurs du disque. On retrouve même une très belle reprise d’un titre du songwriter Américain Daniel Johnston avec qui Linkous va entretenir une grande relation d’amitié pour finalement travailler avec lui plus tard.

JPEG - 5.5 ko
Good Morning Spider

En tout cas, ses qualités de multi-instrumentiste permettent à Mark de réaliser son album presque entièrement seul faisant une nouvelle fois appel à quelques amis pour compléter les quelques parties musicales manquantes. De toute façon, pour qui ne serait pas au courant, les talents musicaux de Linkous sont bien précisés dans le packaging accompagnant le disque : « Mark Linkous sang and played guitar / bass / wurlitzer / piano / optigan / sampler / vibraphone / harmonium / speak and spell / concertina / percussion / drum machine ». Quand on parle d’homme-groupe, on n’exagère vraiment pas.



Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n'apparaîtra qu'après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom