Portraits
THE CLASH : Seul contre tous

THE CLASH : Seul contre tous

par Fran le 22 novembre 2005

Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer l'article Envoyer l'article par mail

L’unité rompue

Joe est satisfait du travail accompli en studio à Vanilla et propose de continuer l’aventure ici mais Mick ne partage pas le même point de vue et pose un ultimatum en menaçant de quitter le groupe s’ils ne retournent pas à Electric Lady. Joe, Paul et l’équipe partage le même point de vue sur le futur du groupe tandis que Mick est rejeté car il ne se conforme pas aux restrictions budgétaires et adopte une attitude de plus en plus égoïste. Le Clash est alors divisé en deux clans : Mick et Topper sont les plus talentueux musicalement et Joe et Paul dépendent donc d’eux au niveau de la créativité et des arrangements. De retour à Londres en décembre, Topper est arrêté pour usage de stupéfiants et est emprisonné. Après que Bernie est payé une amende de 5 000£, Topper est relâché et commence son long combat de désintoxication.

Ne voulant pas revivre la conspiration qui entoure Sandinista !, le groupe décide de réaliser un album simple pour renouer avec le succès. L’atmosphère est tendue en studio avec Mick qui devient de plus en plus intransigeant. Les chansons continuent la tendance amorcée avec Sandinista ! tout en marquant la recherche d’un son plus individuel. Un matin, Topper se retrouve seul en studio et décide de travailler une chanson déjà en chantier : il enregistrera le piano, la batterie et la basse d’où naîtra Rock The Casbah, le plus gros tube des Clash. Tout devait être prêt pour la fin décembre 1981 pour qu’en janvier 1982, le Clash reprenne une tournée vers de nouvelles contrées : Japon, Nouvelle-Zélande, Australie et Asie du Sud-Est. Mais à la fin décembre, le groupe est toujours en studio et se retrouve avec 17 chansons assez longues. Bernie n’est pas content du résultat d’autant plus que les enregistrements et le budget dépassent les prévisions. Rien ne va plus entre Joe et Mick : Joe l’ accuse comme responsable de cette situation en étant allé à New York et Mick lui répondra alors qu’il plaisantait...ce qui mit Joe hors de lui. Les têtes chercheuses du Clash travaillent alors séparément : Mick le jour et Joe la nuit. Avant le départ du groupe pour le Japon, Mick présente ce qu’il estimait être le résultat final d’un double-album de 15 titres. Son travail sera rejeté à l’unanimité.

 Gloire testamentaire : « Combat Rock »

Fin janvier 1982, la tournée de 9 concerts au Japon est un triomphe avec un public qui les attendait depuis longtemps mais qui déconcerte le groupe qui le trouve trop exalté. L’expérience sera épuisante en raison de la chaleur et de l’humidité : Joe s’évanouira de déshydratation tandis que Paul contractera un virus en Thaïlande. A la mi-mars 1982, le groupe fait appel à un producteur expérimenté : Glyn Johns (Beatles, Rolling Stones, Small Faces, Who...). Glyn met de côté des chansons et le nombre est ramené à une douzaine. La batterie et les guitares sont misent en avant, les morceaux sont raccourcis et deux des trois chansons les plus « rock » sont prévues pour devenir des singles. Mick se voit contraint de revoir les paroles de Should I Stay or Should I Go pour qu’elle puisse passer à la radio et Joe décide de raccourcir le titre de l’album en deux mots choc : Combat Rock. Mick est alors anéanti et n’assiste que rarement aux sessions. Le premier single Know Your Rights sort le 23 avril 1982, au même moment, les Clash répètent pour une tournée de 19 dates en Angleterre sous le nom Know Your Rights Tour qui devait commencer le 26 avril à Abeerden. « Devait » car Joe est introuvable depuis le 21 avril ! Après avoir été reporté, la tournée sera finalement annulée à la mi-mai. Joe est à Paris pour réfléchir à sa situation et se remettre en question mais il est de retour à temps pour un festival en Hollande le 20 mai avec cette fois Topper qui disparaît. En fait, il s’agissait d’un coup monté avec Bernie destiné à faire comprendre à Mick que Joe était indispensable et que le problème était Topper, l’allié de Mick.

Combat Rock sort le 14 mai 1982 -pendant l’absence de Joe- et reçoit des critiques positives le jugeant comme une renaissance du groupe. Le NME, d’habitude très dur avec les Clash, dira : « Ce groupe est trop important pour se dissoudre. » En une semaine, l’album devient n° 2 des charts, où il y restera durant 23 semaines, et les Clash sortent alors la tête de l’eau concernant leurs dettes. Le 29 mai 1982 doit commencer une tournée de quatre semaines aux USA. Topper viré, ou parti -on ne le saura jamais vraiment- c’est encore une fois Terry Chimes qui vient au secours du Clash et n’a que 5 jours pour se familiariser avec les nouveaux morceaux. En juin sort le second single Rock The Casbah qui malgré de mauvaises critiques et peu de promotion atteindra la 30ème place des charts. En pleine guerre des Malouines, le groupe apparaît sur scène avec un look militaire exagéré et Joe a adopté une crête désuète comme pour faire renaître le Punk. La tournée est un énorme succès, les Clash jouent à guichets fermés dans des salles de 20 000 personnes et le single américain Should I Stay or Should I Go fait un tabac. Après la tournée anglaise Casbah Club en juillet, le groupe retourne aux Etats-Unis pour de nouveaux concerts. Le succès ne retombe pas et les salles sont toujours aussi pleines mais les tensions entre Mick et les inséparables Paul & Joe sont continuelles. Le Clash se voit offrir l’opportunité de jouer en première partie des Who dans des stades : les Clash acceptent espérant ainsi éponger un peu plus leurs dettes et s’attirent les foudres de la presse britannique qui y voit une trahison de leurs principes. Le 27 novembre 1982, les Clash sont programmés au Festival jamaïcain des Musiques du Monde à Montego Bay où le groupe sélectionnera ses titres reggae. Ils réussissent alors à gagner la faveur du public jamaïcain et à être reconnu par le pays qui les avait inspiré et rejeté avec mépris. Après cette année très chargée, le groupe s’accorde un mois de repos, le premier en 5 ans.



[1Sa mère lui enverra régulièrement disques et bandes-dessinées

[2Etant donné le grand nombre de groupes qui se sont formés aux Beaux-Arts, Mick pense que c’est le point de départ de toute star du rock. Il sera alors déçu par la réalité.

[3Lié au tube de Queen Now I’m Here.

[4Tony Gordon rejoindra plus tard Chelsea, formera Generation X avec Billy Idol puis Sigue Sigue Sputnick.

[5Deviendra plus tard la chanteuse des Pretenders.

[6Notons que Paul jouera avec cette basse (imitation Fender) jusqu’en 1979 et que Mick devra l’accorder durant les premiers concerts.

[7Les roadies des Clash la baptiseront « jambe électrique ».

[8Quelqu’un qui joue médiocrement : jouailleur.

[9« clash » est un mot à nombreuses significations : choc, fracas, conflit, désaccord, heurter, choquer, résonner, détonner, sonner...

[10En guise de réponse, les Clash écriront la chanson Garageland

[11Le National Front fait alors de plus en plus d’adeptes notamment chez les jeunes.

[12Il rejoindra par la suite John Lydon (alias Johnny Rotten) avec Public Image Ltd.

[13Deux de ces démos (Janie Jones et Career Opportunities) figurent sur le Long Box Clash On Broadway paru en 2000 (Epic/Sony).

[14 Les Clash iront même jusqu’à remplacer les Sex Pistols en tête d’affiche. Les Pistols sont parfois interdits de jouer et semblent plus amuser par la surenchère médiatique

[15De cette expression coutumière de Bernie (prise à Malcolm McLaren) naîtra la chanson Complete Control.

[16Après l’echec avec les Sex Pistols et les Clash, Chris Parry réussira à signer les Jam.

[171977 en face b.

[18Les radios londoniennes n’ont pas su prendre le Punk ce qui aurait pu être bénéfique au mouvement. La radio pirate Capital Radio, très écouté par les jeunes, s’y refusera toujours et inspirera à Joe la virulente Capital Radio.

[19Topper est capable de tout jouer (rock, reggae, jazz...) et est alors le musicien le plus accompli du groupe. Il fera beaucoup pour la ligne musicale future des Clash.

[20The Clash deviendra l’import le plus vendu outre-atlantique avant qu’ Epic ne sorte une nouvelle version en 1979.

[21L’album et le film sont enregistrés dans une période de grande confusion. La tournée est appelée The Clash Sort It Out en réponse au départ de Bernie et à la sortie de l’album.

[22Guy mourra 3 semaines après la sortie de l’album. Les Clash lui rendront hommage avec Midnight To Stevens et leur attribueront l’inspiration pour Combat Rock.

[23« Fifth » : cinquième amendement.

[24Sur ce principe, les Wedding Present entreront dans le Livre des Records avec 12 titres en 12 mois.

[25Après avoir été viré du groupe qu’il avait initié, Mick poursuivra son aventure musicale avec son groupe Big Audio Dynamite.

Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n'apparaîtra qu'après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom