Portraits
THE CLASH : Seul contre tous

THE CLASH : Seul contre tous

par Fran le 22 novembre 2005

Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer l'article Envoyer l'article par mail

 Explorer et Enerver : Sandinista !

A New York, Mick et Joe s’intéressent à la scène hip-hop naissante et enregistrent des morceaux dans l’ancien studio d’Hendrix Electric Lady. En angleterre, CBS se distingue par un nouvel affront en refusant de sortir Bankrobber (devait ouvrir le Fillon des Singles) que le directeur Maurice Olberstein n’aimait pas. Pour riposter à ce nouvel empiètement dans leur liberté artistique, ils commencent à parler d’utiliser les enregistrements d’Electric Lady pour en faire un double-album à prix cassé. Les Clash vont en Jamaïque avec le dj et producteur Micky Dread pour des sessions supplémentaires et en juin 1980, les Clash reviennent en Angleterre pour reprendre les concerts qui avaient été ajourné. Bankrobber n’est toujours pas sorti mais le groupe réussi à contourner l’emprise de CBS en l’incluant en face B de Train In Vain en Hollande. Satisfaits de leur bon coup, ils se réjouissent désormais de se débarrasser de CBS dés qu’ils auront fait les deux albums manquant aux cinq prévus par le contrat. Mais la joie est de courte durée quand la maison de disques leur montre la petite clause en bas de la page, inaperçue par le groupe à la signature : cette dernière lui permettait de rajouter cinq albums sur la liste existante. Bankrobber sort finalement le 8 août 1980, après que le groupe est menacé de se séparer, et atteindra la 12ème place des charts sans publicité et sur la simple notoriété du groupe.

Les Clash retournent aux studios Wessex pour enregistrer leur quatrième album qui sera produit par Micky Dread. Le groupe travaille sur une trentaine de chansons enregistrées aux USA et les journées débutent vers 14h pour souvent se terminer vers 4-5h du matin. Les Clash touchent à tout : ska, dub, reggae, rock, hip-hop, rythm’n’blues, jazz, calypso, soca... En septembre 1980, il y a déjà trop de matière pour un double-album et Mick propose d’en faire un triple, comme un nouveau pied de nez à CBS. Déterminé à maintenir sa politique, le groupe insiste pour que le triple-album soit mis en vente au prix d’un simple. CBS refuse mais après négociations, accepte le prix de 5£99. En contrepartie, la maison de disques considère Sandinista ! comme un album simple et le groupe devra renoncer aux bénéfices des 200 000 premières copies. Sandinista ! sort le 12 décembre 1980 en pleine mode néo-romantique post-punk, période peu propice pour sortir un album riche, varié et visionnaire. L’œuvre recevra des critiques très négatives tout en saluant l’anti-conformisme du groupe et les risques pris. L’album gagnera en crédibilité au fil des années et aura une influence énorme.

Fin 1980, les Clash doivent près d’un demi-million de £ivres à CBS et Sandinista ! n’allait rien arranger. Après que le single Call Up ait péniblement atteint la 40ème place, Hitsville UK ne dépassera pas la 56ème . Devant le vindicte de la presse et des ventes misérables, les Clash se voient contraints d’annuler la tournée qui devait commencer début 1981, n’ayant pas trouvé assez d’endroits pour jouer. Les rumeurs de dissolution vont alors bon train.

Retrouver la scène et son public

Afin de repartir sur des bases saines, Joe a dans l’idée de faire revenir Bernie ce qui a le don d’embarrasser Mick qui a tout fait pour qu’il parte. C’est aussi l’espoir pour Joe de retrouver la liberté d’action passée en lui confiant les problèmes judiciaires et financiers du groupe. Même si Bernie s’occupe désormais des Specials et a obtenu ce qu’il avait toujours voulu, un club (Club Left), il acceptera de reprendre « son » groupe. Joe s’impose alors comme le leader et le décideur du groupe, ce qui va créer des répercussions irréversibles notamment entre Mick et Joe. Alors que sort le single Magnificent Seven en avril 1981, les Clash réinvestissent Vanilla pour reprendre les répétitions et essayer de retrouver l’entente de London Calling. Les matchs de foot reprennent mais l’harmonie est rompue. Si Sandinista ! ne fait pas l’unanimité outre-atlantique, il s’en est déjà vendu 400 000 exemplaires et les Clash prévoient de retourner chez l’Oncle Sam pour une tournée gigantesque. Le groupe est alors fâché avec l’Angleterre et avoue se sentir plus chez lui à New York. La tournée va être annulée au dernier moment par Bernie qui a réussit à décrocher un moyen promotionnel en or : « sept magnifiques » (Magnificent Seven) concerts au Bond Casino sur Broadway pour fin mai-début juin 1981. Boycottant toujours l’Angleterre, les Clash feront quelques dates en Europe en avril entrecoupées de passages en studio d’où naîtra This Is Radio Clash, influencé par le rap-funk new yorkais et dont les paroles font écho à 1976. Pendant ce temps, Topper est toujours aussi instable et a été condamné pour détention de substances illicites et se retrouve en liberté surveillée (s’il récidive, c’est la case prison qui l’attend). Le 27 avril 1981 à Barcelone, Topper s’effondrera après le concert. Cela dit, la tournée fait le plein, le Clash est au meilleur de sa forme et Topper tiendra le coup : l’Angleterre saluera leur succès.

JPEG - 32.4 ko
Paul, Joe & Mick

Tous les billets du Bond ont été vendu le jour de leur diffusion. Les fans s’agglutinent sur Broadway et créent une émeute pour pouvoir entrer, obligeant la police à intervenir. La direction allongera le séjour des Clash à 16 jours et le groupe ira jusqu’à jouer matin et soir pour satisfaire la demande. C’est une période très excitante pour le groupe avec Grandmaster Flash et The Furious Five en première partie et The Magnificent Dance (remix de Mick) qui tourne en boucle à la radio. En août 1981, le groupe retourne en studio et reprend le concept de « sept magnifiques » au Mogador à Paris en septembre où ils font un véritable triomphe. Les Clash retrouvent ensuite l’Angleterre avec six dates en province et « sept magnifiques » au Lyceum de Londres. Le groupe est alors surpris par l’accueil chaleureux que leurs fans lui ont réservé prouvant qu’ils ne se laissaient pas manipuler par les critiques négatives de la presse.



[1Sa mère lui enverra régulièrement disques et bandes-dessinées

[2Etant donné le grand nombre de groupes qui se sont formés aux Beaux-Arts, Mick pense que c’est le point de départ de toute star du rock. Il sera alors déçu par la réalité.

[3Lié au tube de Queen Now I’m Here.

[4Tony Gordon rejoindra plus tard Chelsea, formera Generation X avec Billy Idol puis Sigue Sigue Sputnick.

[5Deviendra plus tard la chanteuse des Pretenders.

[6Notons que Paul jouera avec cette basse (imitation Fender) jusqu’en 1979 et que Mick devra l’accorder durant les premiers concerts.

[7Les roadies des Clash la baptiseront « jambe électrique ».

[8Quelqu’un qui joue médiocrement : jouailleur.

[9« clash » est un mot à nombreuses significations : choc, fracas, conflit, désaccord, heurter, choquer, résonner, détonner, sonner...

[10En guise de réponse, les Clash écriront la chanson Garageland

[11Le National Front fait alors de plus en plus d’adeptes notamment chez les jeunes.

[12Il rejoindra par la suite John Lydon (alias Johnny Rotten) avec Public Image Ltd.

[13Deux de ces démos (Janie Jones et Career Opportunities) figurent sur le Long Box Clash On Broadway paru en 2000 (Epic/Sony).

[14 Les Clash iront même jusqu’à remplacer les Sex Pistols en tête d’affiche. Les Pistols sont parfois interdits de jouer et semblent plus amuser par la surenchère médiatique

[15De cette expression coutumière de Bernie (prise à Malcolm McLaren) naîtra la chanson Complete Control.

[16Après l’echec avec les Sex Pistols et les Clash, Chris Parry réussira à signer les Jam.

[171977 en face b.

[18Les radios londoniennes n’ont pas su prendre le Punk ce qui aurait pu être bénéfique au mouvement. La radio pirate Capital Radio, très écouté par les jeunes, s’y refusera toujours et inspirera à Joe la virulente Capital Radio.

[19Topper est capable de tout jouer (rock, reggae, jazz...) et est alors le musicien le plus accompli du groupe. Il fera beaucoup pour la ligne musicale future des Clash.

[20The Clash deviendra l’import le plus vendu outre-atlantique avant qu’ Epic ne sorte une nouvelle version en 1979.

[21L’album et le film sont enregistrés dans une période de grande confusion. La tournée est appelée The Clash Sort It Out en réponse au départ de Bernie et à la sortie de l’album.

[22Guy mourra 3 semaines après la sortie de l’album. Les Clash lui rendront hommage avec Midnight To Stevens et leur attribueront l’inspiration pour Combat Rock.

[23« Fifth » : cinquième amendement.

[24Sur ce principe, les Wedding Present entreront dans le Livre des Records avec 12 titres en 12 mois.

[25Après avoir été viré du groupe qu’il avait initié, Mick poursuivra son aventure musicale avec son groupe Big Audio Dynamite.

Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n'apparaîtra qu'après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom