Portraits
The Beatles, mythe ou réalité ?

The Beatles, mythe ou réalité ?

par Psychedd le 25 novembre 2008

Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer l'article Envoyer l'article par mail
  Sommaire  

 Épilogue

A chacun son destin. Mais s’il est bien une constante dans les carrières respectives de George, John, Paul et Ringo, c’est que jamais ils n’ont su atteindre la grâce et la perfection qu’ils avaient à quatre.
Les Beatles ont fait les Sixties et ils sont morts avec. Tant mieux. Rendons-leur grâce d’avoir réussi à arriver jusqu’à nous presque intacts.

Que deux d’entre-eux soient morts, à vrai dire, ce n’est pas le plus important, les deux autres finiront également par y passer.

Mais que l’on continue de considérer Lennon comme le révolutionnaire ultime après son installation aux USA, c’est déjà plus embêtant, car qui osera relever la bonne dose d’hypocrisie dont il faut faire preuve pour se proclamer « working class hero » et vivre en reclus dans un hôtel particulier, marié à une femme qui fait fructifier une richesse personnelle mirobolante ? Ce n’est pas la politique ou la révolution qui l’a tué... C’est un fan schizophrène. Et si, tout comme George, il était mort discrètement, de mort naturelle, aurait-il droit à des expositions, des statues et tant d’autres choses ?

Qui se rappellera que les Beatles étaient quatre et pas seulement deux ?

Qui se rappellera que Ringo a tourné un film pour Frank Zappa (et qui se rappelle encore qui est Frank Zappa ?!) et qu’il a continué à faire de la musique longtemps après la fin des Beatles ?

Qui se rappellera que George Harrison a produit les Monty Pythons et que contrairement à Paul, il a su se moquer de lui-même et apprécier l’hommage délirant rendu par les Rutles ?

Et par quel enchantement a-t-on pu oublier le rôle précurseur des Beatles pour en faire un groupe de gentils niaiseux qui ne font que des chansons d’amour ?

Quand on écoute les Beatles, on est toujours jeune, on est toujours bien. C’est peut-être là que réside tout leur intérêt. Le simple pouvoir magique de nous faire sentir en vie...

SOURCES :

Livres :

  • F. Ducray, Les Beatles, éd. Librio, 2003
  • Rock & Folk Hors-Série, Let it Beatles, décembre 2000
  • Mojo Edition spéciale, 1000 jours qui ont secoué la planète, Les Années Psychédéliques Des Beatles 1965-1967, juin-juillet 2003
  • Anne et Julien, The Rock Files, le rock dans tous ses excès, éd. Hors Collection, 1997
  • Rock & Folk Hors-Série, Pink Floyd, Cent Films Rock, p.111, juillet 1994

Site Internet :

DVD :

  • The Beatles Anthology, Apple

Article originellement publié le 17 janvier 2006



Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n'apparaîtra qu'après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom