Portraits
The Beatles, mythe ou réalité ?

The Beatles, mythe ou réalité ?

par Psychedd le 25 novembre 2008

Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer l'article Envoyer l'article par mail
  Sommaire  

Mais ça marche du tonnerre ! Ah ! Vision merveilleuse des Fab Four sur des skis (quoique John peut se la péter vu qu’il s’est entraîné avant !)... Un autre problème vient s’ajouter à cela : les différences de motivation de chacun. Ringo est celui qui a le rôle le plus important et surtout le meilleur potentiel de la bande face à des caméras. Ringo est rigolo. Et il s’envape... Paul, qui doit définitivement être le plus heureux d’être un Beatle, s’amuse comme un petit fou et joue au gentil animateur de service. Paul est un charmeur qui s’envape aussi.

Quant à John... Il traverse sa période « gros Elvis » comme il dit lui même. John s’embourbe, s’empâte, tombe sous le charme de l’actrice principale du film, Eleanor Bron. Et comme pour oublier que ça ne pourra pas marcher (et que dans le script, c’est avec Paul qu’elle fricote) John s’envape... Et George, tellement effacé et peu enclin à faire des grimaces devant la caméra, le voilà relégué Dernier Beatle. Et comme on ne s’occupe pas trop de lui, il s’occupe tout seul... C’est en traînant pendant le tournage qu’il fait une découverte importante : un sitar, utilisé par des musiciens indiens dans la scène du restaurant. Intrigué par l’instrument, il va le tripoter un peu, voit ce qu’il peut en tirer et tombe sous le charme de ces sonorités nouvelles pour lui. Toujours dans un souci de faire des raccourcis faciles, voilà comment on peut expliquer le changement du Beatle Discret en Beatle Mystique. Il a trouvé une voie qui va lui permettre de se détacher des deux leaders / tyrans du groupe. Et il va la dévoiler à la face du monde. Mais pas tout de suite... Pour le moment, lui aussi il s’envape...

JPEG - 19.9 ko
Tournage de Help ! 1965

Au printemps, John et George vont vivre une expérience qu’ils ne sont pas prêts d’oublier. Ils vont prendre du LSD pour la première de leur vie. Le problème est que l’acide a été versé dans leurs cafés par un dentiste malhonnête ; espérant certainement soutirer quelque faveur aux deux stars. Comme ils sentent qu’il y a anguille sous roche, ils prennent leurs femmes avec eux et fuient la maison du Docteur Maboul au moment où la drogue commence à faire son effet. Comme ils ont définitivement beaucoup de chance, ils finissent la soirée indemnes, dans une Mini Austin conduite à trente kilomètres/heure par George qui se demande pourquoi les maisons se mettent à bouger par moment...

Quand, de retour à la maison, il faut composer la chanson titre du film, Lennon a un flash. Il est prisonnier d’un système, d’un personnage, il veut de l’aide et il le crie à la face du monde. Help ! est une chanson qui vient du cœur, un réel appel au secours qui n’a pas été entendu, pas compris, d’autant plus qu’il la chante avec le sourire (forcément...).

Au mois de mai, ils retrouvent Bob Dylan, à qui ils doivent tout de même le style utilisé dans leurs dernières compositions et ça leur permet de faire un peu la chouille en compagnie du Dylan original et de sa copie écossaise (si on veut), Donovan.
Le mois de juin amène son lot de surprises : le 12, les Beatles apprennent qu’ils vont recevoir la médaille du Mérite de l’Empire Britannique en guise de remerciement à leur contribution de renflouage des caisses de l’État (grâce aux impôts qu’ils paient peut-être ?). Ça en jette, mais ça créé une petite polémique.

Entre temps Paul, qui, depuis qu’il fume beaucoup (mais qui hésite à se mettre à l’acide), se considère plus comme un véritable artiste que comme une simple pop-star chevelue, a des révélations mystiques dans son sommeil. Sortie de nulle part, une mélodie lui trotte dans le crâne depuis quelques temps (depuis si longtemps qu’il a même réussi à énerver les autres membres du groupe à force de la pianoter à longueur de journée). Le matin au petit déjeuner, Macca répète bêtement « scrambled eggs » (œufs brouillés) sur l’air qui lui tourne en boucle dans le cerveau. Et allez savoir pourquoi, il se dit qu’en ce moment, l’ambiance étant à la nostalgie chez les Beatles il va appeler le morceau parasite Yesterday. Paul a sorti LA chanson, SA chanson à lui tout seul, comme un grand. Il va l’enregistrer le 14 juin, sous les oreilles ébahies de George Martin qui va lui pondre un arrangement pour quartet à cordes, beau, mais légèrement dégoulinant de sentimentalisme... Et ça va faire un malheur, Paul a créé la chanson inusable, impérissable, la plus jouée à travers le monde, encore plus forte qu’un lapin dopé a la pile Duracel.

Yesterday, la pomme de la discorde. Le morceau dur à avaler pour Lennon, qui digère mal le fait que Paul ait tout fait tout seul, sans lui demander son aide ou son avis. John se sent trahi par son ami avec qui il a toujours tout partagé. Il aura tout au long de sa vie une amertume et un rejet à propos de cette chanson (allant jusqu’à affirmer que c’est la seule chose que Macca ait faite, dans le morceau How Do You Sleep ? de l’album Imagine).

Il est d’ailleurs récurrent que le guitariste, toujours prêt à balancer une bonne blague pleine de vitriol, remercie Ringo (qui ne joue pas dessus) à la fin de la prestation de Paul en concert. De toute manière, John s’en fout, il faut qu’il fasse la promo de son second bouquin, A Spaniard In The Works.

Help ! va sortir le 6 août et va marquer la fin d’une époque. C’est en effet le dernier album où l’on peut entendre des reprises. Les Quatre Garçons dans la Tempête ont commencé à explorer leurs propres sentiments, à l’aide de certains adjuvants chimiques, ils vont coucher sur la bande le tréfonds de leur psyché, de plus en plus perturbée ou de plus en plus calme, ça dépend qui écrit la chanson. Car dorénavant, et il faut remercier Paul pour ça, le duo magique va entamer une séparation et chacun va développer un style qui lui est propre.



Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n'apparaîtra qu'après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom