Yuri-G

Rédacteur

Derrière ce nom, j’opère seul. Obsédé par les distorsions, les mélodies et la caféine. Il m’arrivera peut-être de divaguer sur Harvey, Hollis, Shields et d’autres. Vous pourrez toujours fuir.

Ciné-vertigo




L’aliénation du siècle nouveau.

le 28 septembre 2011


Wilco en live et en images. D’une violente beauté.

le 2 août 2011


Fragile, beau et moderne. Rien n’est impossible.

le 2 août 2011


À son échelle, un petit modèle de rock simple, nerveux mais aussi déviant.

le 19 juillet 2011


Love & death.

le 16 juillet 2011


La Vapeur (Dijon)
Yeah yeah yeahs.

le 7 juin 2011


Epopée dream-pop.

le 15 mars 2011


Rêve, soie et sable.

le 14 mars 2011


Le tendre et le brutal.

le 14 mars 2011


Bonne pioche.

le 15 février 2011


Sans sourire.

le 26 janvier 2011


Hantologie punk.

le 25 janvier 2011


Sûrs de vouloir jouer fort.

le 23 décembre 2010


Domaine de la lutte.

le 21 décembre 2010


Des ritournelles au firmament.

le 21 décembre 2010


« All the critics you can hang ’em, I’ll hold the rope. » (Chuck D)

le 23 novembre 2010


Violente alchimie.

le 20 octobre 2010


Mélodies supérieures sous tension.

le 6 juillet 2010


F.E.E.L.I.N.G. C.A.L.L.E.D. K.I.T.S.C.H

le 6 juillet 2010


L’Amérique en trois séries monstres.

le 22 juin 2010


Traversée d’un vieux cinéma porno aux Philippines. Pas d’affolement.

le 17 mai 2010


Hypothèse : avec cette compilation d’inédits, Sonic Youth donne majoritairement dans l’élitisme vain. À moins qu’il ne s’agisse juste de mauvais morceaux.

le 10 mai 2010


Promesse d’un genre.

le 10 mai 2010


La poésie d’une île.

le 22 mars 2010


A bout de souffle.

le 15 mars 2010


Hallucinations pimpantes.

le 2 mars 2010


(Presque) trop doué.

le 23 février 2010


Le vrai son de cloche.

le 25 janvier 2010


Pour compléter le Top 00’s, la 2ème partie de notre Playlist consacrée à d’autres albums de qualité.

le 19 janvier 2010


Synthés, talent et régression.

le 8 décembre 2009


Pour un sommeil créatif.

le 24 novembre 2009


Des chansons, tout bêtement.

le 13 octobre 2009


Réinvention. Un groupe promis à l’éphémère touche l’éternité.

le 13 octobre 2009


Pop en lévitation.

le 22 septembre 2009


Et Lennon hurla.

le 30 juin 2009


Opportuniste et fade.

le 16 juin 2009


Pop mystique, entre fascination et frustration.

le 19 mai 2009


Le passage d’une brume glacée à des abysses chaudes et colorées : Wyatt conjure le cauchemar.

le 5 mai 2009


... bonheur d’un instant.

le 6 avril 2009


Un second album pop, à l’écriture radieuse.

le 24 mars 2009


Super califragili sticexpi alidocious.

le 3 mars 2009


Un documentaire poétique, branché sur l’âme de Patti Smith.

le 24 février 2009


Un beau disque tentaculaire.

le 17 février 2009


Une pop d’angoisse et de lumières.

le 16 décembre 2008


En s’attaquant au groove, TV On The Radio privilégie le savoir-faire à la vitalité.

le 21 octobre 2008


Un live imposant et inécoutable.

le 13 octobre 2008


La Maroquinerie (Paris)
Lorsque la vague se brise...

le 23 septembre 2008


F.E.E.L.I.N.G. C.A.L.L.E.D. K.I.T.S.C.H. P.A.R.T.2

le 9 septembre 2008


L’âge adulte.

le 2 septembre 2008


Festival Les Méditerranéennes (Leucate)
Avec les guitares, le sable, New York et Proust.

le 26 août 2008


Un vol bouleversant au-dessus du folk, du rock, de la pop orchestrale et encore plus loin.

le 22 juillet 2008


Arènes de Nîmes
Après Bercy, Radiohead était à Nîmes. Illumination ou désillusion ?

le 15 juillet 2008


Angoisses et envoûtement.

le 27 mai 2008


Bashung se retourne vers l’Amérique.

le 29 avril 2008


Un album dont on se fout, d’un groupe qu’on estime.

le 22 avril 2008


The Kills, à l’heure de la fièvre « dance ». Aussi explosif que vite à bout.

le 25 mars 2008


Gangster moderne, filmé pour de vrai. Un documentaire limité mais captivant à décomposer.

le 25 février 2008


Surexposition mélodique.

le 5 février 2008


Décevantes, ces sucreries.

le 27 novembre 2007


Urbain et singulier, du blues frappé aux armes du jazz.

le 30 octobre 2007


Pur poison.

le 11 septembre 2007


Arènes de Nîmes
Sa voix et ses rythmes ont laissé des cratères dans la nuit.

le 4 septembre 2007


Pureté et maléfices psychés. Deerhunter place la barre très haut et émerveille.

le 26 juin 2007


Un titre éternel, une voix de perdant bouleversante, et trop de compositions stagnantes.

le 12 juin 2007


Passionnant renouveau d’un groupe qui n’a jamais été aussi offert à ses tensions, traversées de ravages électroniques.

le 4 juin 2007


L’art de brasser du vide, tout en tentant des rapprochements iconoclastes.

le 29 mai 2007


Dans l’âme de Shannon Wright, la lumière passe, la douleur trépasse. Le temps du folk écorché est peut-être révolu.

le 22 mai 2007


Le quatuor parisien nous reçoit dans leur loge, plein de bonne volonté, de bonnes références et de mousse à raser.

le 15 mai 2007


Dälek construit un hip-hop intense et sensitif, évidemment plus proche du bouleversement métaphysique que des secousses dancefloor. Fabuleux.

le 8 mai 2007


Tourbillon hip-hop étrange et tressautant. C’est simple, on en sort grandi mais entièrement déboussolé.

le 24 avril 2007


Des éclats de pop partout : résultat de ce disque aux allures de jeu d’enfant, abrasif et débridé.

le 17 avril 2007


Joakim est cool, il écoute de tout. Il a décidé d’en faire un album. Un point d’ancrage pour ne pas s’égarer : l’electro et la sphère post-punk.

le 27 mars 2007


Leçon de chimie hypnotique. Planante, bruyante et indiscernable, puis simplement éclatante.

le 13 mars 2007


La nuit tombe. Les lampadaires éclaboussent de leur lumière malade et métallique l’horizon urbain planté dans l’asphalte. Il est l’heure d’écouter Trees.

le 13 mars 2007


Droit dans le mur, Bashung assume. Play Blessures était là pour ça. Tant mieux, on y va avec lui.

le 27 février 2007


Low fait surgir l’illumination. Jamais le ciel n’aura paru aussi blanc et écrasant qu’avec cette musique anxiogène, pourtant aérienne jusqu’au vertige.

le 16 janvier 2007


Une odyssée sonore pénétrante. Mais presque trop travaillée.

le 9 janvier 2007


Immersion rare dans un esprit malade de haine, mâchant sa rancoeur le long d’un pays rance et rongé par la rouille. Noé compose une oeuvre jamais salutaire, mais acide et profondément remuante.

le 2 janvier 2007


Contactez Yuri-G


Envoyer un message