Sur nos étagères
A Lazarus Taxon

A Lazarus Taxon

Tortoise

par Alexx le 7 novembre 2006

3

paru en août 2006 (Thrill Jockey)

Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer l'article Envoyer l'article par mail

Franchement, je ne sais même pas par où commencer ! Trois CD et un DVD tous remplis jusqu’à satiété où sont fourrées toutes les b-sides, raretés, remix, reprises et autres bizarreries. On frôle l’indigestion sonore... Mais qu’est-ce qui a bien pu passer par la tête de Tortoise ? On se le demande et cet “album” intitulé A Lazarus Taxon répond à ce questionnement. Tout réside dans ce terme barbare : A Lazarus Taxon. Attention, si vous n’aimez pas les explications sémantiques passez directement au troisième paragraphe !

Explications : un taxon (Du grec taxis, rangement) est une entité réunissant un groupe d’entité disparu, classifié par niveau suivant certains caractères ou traits commun entre-eux. C’est même une science : la Taxinomique (où un synonyme plus connue, la Systématique). Or, Lazarus vient pointer le bout de son nez dans cette affaire déjà pas facile. Là, ça va être rapide : Lazarus est l’homme que Jésus ressuscite dans le Nouveau Testament. Quand les deux termes viennent à se rencontrer, cela résulte à une définition assez simple en soi : A Lazarus Taxon est une entité où une espèce éteinte et qui réapparaît. [1]

Cette définition appliquée à Tortoise donne donc cette réunification de raretés sonores qui ont été éditées, voire même jamais enregistrées et qui (ré-)apparaissent pour le plus grand plaisir des fans. Voilà, maintenant que le plus dur est fait, passons aux choses sérieuses. Et franchement, on pourrait s’attarder pendant des heures sur le pourquoi du comment de la volonté de sortir une telle compilation. On pourrait aussi essayer de comprendre pourquoi un album travaillé jusqu’à la moelle et jamais édité fait partie de ce voyage. On peut y répondre de différentes manières et seul que je choisirai sera celle où il est question de prolonger un travail de composition et de montrer comment le groupe compose ses morceaux. Pour les autres raisons, je vous laisse la primeur.

Les disques 1 et 2 sont fourrés avec diverses choses. Beaucoup sont des b-sides provenant de différents horizons EP de Tortoise. Si certains sont des titres originaux ou des remixes du groupe, ces derniers ont été repris par d’autres artistes et inversement. On retrouve donc des titres de Yo La Tengo, Autechre. Mais il y aussi beaucoup de travaux parallèles à ce qui allait devenir des titres à part entière tel Gamera. Pour finir, les reprises ne sont pas en reste avec aussi des interventions pour quelques lives.

Le CD 3 est lui un travail un peu particulier : c’est le résultat d’un album maintes fois repris qui est en définitive tombé dans les mains de diverses personnes telles Steve Albini, BKB, Rick Brown... C’est en quelque sorte l’album remix du premier Tortoise, mixé par le groupe lui-même puis par d’autres. Cela donne un résultat plus ou moins éloigné de l’original. Bizarre est le mot.

Reste à voir le DVD 4, lui aussi regroupement plus ou moins dispensable de la carrière de Tortoise telle les vidéos servant plus ou moins de clip ainsi qu’une rubrique “posters” où sont entreposées des affiches de concerts du groupe. Non, ce qui reste est beaucoup plus intéressant : les vidéos de différents concerts donnant une autre dimension à leur musique lorsqu’elle est filmée de “l’intérieur” par une caméra noir et blanc pour celui de Toronto. Plus classique mais avec un meilleur son pour les autres. Bref, tout un monde.

Reste à connaître l’intérêt de ce coffret. Il y a de tout, du bon et du mauvais. Les vrais aficionados seront comblés, mais les autres risquent de trouver la pilule un peu indigeste. En tout cas, une chose est sûre : on retrouve bel et bien l’univers d’un excellent groupe quelques soit la mise en avant. Et c’est cela que beaucoup recherche, un prolongement, un complément à une dizaine d’années de musique.



[1Voici quelques liens si vous êtes curieux : - http://fr.wikipedia.org/wiki/Taxon

Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n'apparaîtra qu'après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom



Tracklisting :
 
Disc 1
 
01 - Gamera (11’53”)
02 - The Source Of Uncertainty (3’42”)
03 - Blackbird (5’01”)
04 - Sexual For Elizabeth (4’49”)
05 - To Day Retrieval (3’57”)
06 - Whitewater (5’06”)
07 - Didjeridoo (4’33”)
08 - Autumn Sweater (7’07”)
09 - Wait (4’27”)
10 - A Grape Dope (4’12”)
11 - Restless Waters (3’41”)
12 - Vaus (5’01”)
13 - Blue Station (5’34”)
 
Durée totale : 69’03”
 
Disc 2
 
01 - Madison Area (3’27”)
02 - TNT (Remixed by Nobukazy Takemura) (10’03”)
03 - Why We Fight (4’23”)
04 - Emerson, Lincoln, And Palmieri (’2’39”)
05 - Peering (5’11”)
06 - Goriri (6’40”)
07 - As You Said (4’21”)
08 - CTA (5’07”)
09 - Deltitnu (5’50”)
10 - Adverse Camber (6’00”)
11 - Cliff Dweller Society (15’23”)
12 - Waihopai (4’13”)
 
Durée totale : 73’17”
 
Disc 3
 
01 - Alcohall (4’03”)
02 - Your New Rod (4’18”)
03 - Cobwebbed (4’38”)
04 - The Match Incident (5’31”)
05 - Tin Cans Puerto Rican Remix (4’24”)
06 - Not Quite East Of The Ryan (5’08”)
07 - Initial Gesture Protraction (4’47”)
08 - Cornpone Brunch Watt Remix (4’18”)
 
Durée totale : 37’07”
 
DVD 4
 
01 - Salt The Skies
02 - Dear Grandma And Grandpa
03 - Glass Museum
04 - Seneca
05 - Four Day Interval
06 - The Suspension Bridge At Iguazú Falls
07 - Live At Primavera Sound 2005 (Monica)
08 - Live In Toronto 1996 (Gamera, Glass Museum, Reservoir, Djed, The Equator, Vaus, Cornpone Brunch)
09 - Live at Deutsches Jazz Festival 1999 (Ten Day Interval, Othello)
10 - Live At « Chic-A-Go-Go » 2005 (Seneca)
11 - Live for « Burn To Shine » 2004 (Salt The Skies)