Sur nos étagères
And The Thieves Are Gone

And The Thieves Are Gone

Joseph Arthur

par Arnold le 28 novembre 2005

4,5

publié aux Etats-Unis en 2004 (Vector)

Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer l'article Envoyer l'article par mail

Depuis qu’il a sorti Redemption’s Son en 2002, Joseph Arthur s’est fait attendre en Europe. Alors qu’il sortait un album et un EP aux USA avec son nouveau label Vector en 2004, les fans du vieux continent continuaient d’attendre... Jusqu’à ce qu’il vienne nous faire l’honneur d’un tournée à l’occasion de la sortie de l’album (Our Shadows Will Remain) entrainant dans ses bagages le EP toujours inédit pour le vendre lors des concerts...

Pour ceux qui ont vu l’Artiste sur scène, vous aurez surement remarqué cette œuvre à six cordes qu’il tient entre les mains. Et bien celle-ci est photographiée sous plusieurs angles pour la pochette du fameux EP... Peinte, bariolée, pleine de dessins, de visages étranges et de reptiles en plastique collés ici et là [1] ... La première chose que l’on fait à l’acquisition de ce disque est de se perdre dans la contemplation de la dite pochette. Puis on décide de rompre le charme pour ouvrir la boite et insérer le disque dans le mange-disque. On met le casque et l’on écoute religieusement.

L’ambiance du EP est feutrée, intimiste. La musique vient directement parler à l’auditeur et chatouiller ses émotions. Le premier titre, Papa est un hommage au père de l’artiste, comme son nom l’indique. L’oreille se laisse bercer par cette belle ballade mélancolique et plutôt épurée, avant de se réveiller progressivement sur l’intro accoustique de My Home Is Your Head. Puis, peu à peu arrivent rythmiques, sample et filtre sonores. La voix suave de l’artiste survole tout et semble envahir l’espace musical, apaisante... Savior Of The Sun est plus enjouée et tout aussi trippante. Le titre démarre en accoustique pour terminer dans un délire rythmique et électrique. Contrastant avec la montée des morceaux précédents, la ballade pop Real As Rain mélange musique vaporeuse, backing vocals planantes avec une boîte à rythme bien marquée, toujours avec cette ambiance feutrée. Anywhere With You lance une base rythmique à la guitare sur laquelle viennent s’ajouter par petites touches différents sons de guitare, d’orgue ou de percussions. Même si le titre est un peu longuet, on ne peut s’empêcher de prendre son pied, d’apprécier cette progression jusqu’à la fin du titre. Déjà le dernier titre du EP... Glass Pipe présente quelque sonorités un peu eighties... Mais à l’image de l’album (Our Shadows Will Remain) Joseph Arthur joue le tout en finesse et le titre ne se démarque pas du reste du disque, toujours dans cette ambiance feutrée.

Impossible de préférer un titre à un autre. Cet EP est une réussite homogène. Un savant équilibre entre la musique accoustique et les délires électriques et sonores dont l’artiste est coutumier. Joseph Arthur, génie encore trop méconnu, signe là une perle, un disque intimiste que ses fans sauront apprécier.



[1Ces jouets ont été acheté dans une petite boutiques parisienne confie-t-il un jour lors d’une interview radio (WERS, Emerson College, le 24 oct. 2004)

Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n'apparaîtra qu'après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom