Portraits
Bob Dylan - Part III - Faith, Doubt And Mercy

Bob Dylan - Part III - Faith, Doubt And Mercy

par Aurélien Noyer le 17 septembre 2007

Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer l'article Envoyer l'article par mail

Pour tous les dylanologues qui s’étaient posé la question fatidique « mais qu’est-ce qu’il fout, ce con ? » tout au long des années 80, The Bootleg Series Volumes 1–3 est une épiphanie. Finalement, Dylan n’a pas vraiment écrit de mauvaises chansons dans les 80s, il les a juste mal enregistrées, et très mal choisies, préférant laisser de côté ses titres les plus inspirés pour des rengaines à la limite du racolage. Mais soyons honnêtes. L’intérêt principal de ce coffret ne réside pas tellement dans cette relecture de la période que l’auteur de ces mots a de façon très perverse décidé de traiter, sachant pertinemment qu’elle était la plus faible de notre troubadour. Ce qui fait l’attrait de l’objet, ce sont ces titres qui semblent être exhumés d’un autre âge : Hard Times In New York Town, une chanson enregistré sur un petit magnétophone en 1961, Last Thought Of Woody Guthrie, un poème récité sur scène en 1963, une répétition en studio de Like A Rolling Stone.

 Folk Alone

Ignorant toute l’agitation pour des enregistrements qui appartiennent, pour lui, à un lointain passé, Bob continue toujours à tourner sans relâche, et pour éviter de sombrer dans la routine, de jouer toujours les mêmes morceaux, il inclut à sa set-list de plus en plus de vieux standards folk, des chansons traditionnelles ou des vieux blues, aménageant de véritables parties acoustiques durant les shows pour offrir à ces chansons, qu’il connait et qu’il aime depuis ses débuts, un écrin qui leur soit digne.

Et lorsqu’il doit rentrer en studio en 1992, pour des raisons contractuelles, c’est tout naturellement qu’il se tourne vers ces reprises. Les sessions sont produits par son ami, le guitariste David Bromberg. On y trouve des versions de traditionals comme Lady From Baltimore, Polly Vaughan, Casey Jones ou Duncan And Brady. Dylan part alors en Europe pour 11 dates et laisse à Bromberg le soin de mixer les titres. Pour une raison qui reste toujours inconnue, ces titres ne seront jamais publiés. Au lieu de ça, de retour dans sa résidence de Malibu, Bob s’enferme dans son garage et enregistre seul une quinzaine de reprises. Séduit par l’aspect simple et direct des chansons, il décide alors de les sortir telles quelles, ce sera Good As I Been To You et un véritable succès. Après la déception Under The Red Sky, ce recueil de chansons sans aucune prétention publié le 3 novembre 1992 présente un charme certain, d’autant que Dylan y interprête un répertoire avec lequel il se sent visiblement à l’aise ; sa voix semble avoir été faite pour chanter ces titres. Public et critiques plébiscitent donc cette nouvelle incarnation, ou plutôt réincarnation, de Dylan qui songe très rapidement à donner un frère à son nouveau bébé.

Mais avant ça, il y a quelque chose à fêter. En effet, nous sommes en 1992. Cela fait 30 ans que Dylan sort des albums, écrit des chansons, multiplie les concerts dans le monde entier. Et pour célébrer l’évènement, on fait ça à la sauce américaine. On réunit un panthéon de stars plus ou moins vieilles, on les fait chanter quelques chansons du Maître, lui-même chante quelques-uns de ses morceaux et puis tous entonnent en choeur un tube ultra-connus pour montrer qu’ils sont tous contents. Pour Dylan, ça s’est passé le 16 octobre 1992 et parmi les invités, on comptait Lou Reed, Tracy Chapman, George Harrison, Stevie Wonder, Ron Wood, Eddie Vedder et Mike McCready de Pearl Jam, Chrissie Hynde, Willie Nelson et pour assurer les instruments derrière toutes ces stars, on a exhumé les survivants de Booker T. & The MGs. L’enregistrement de l’évènement sortira en août 1993 et comme on pouvait s’y attendre, le résultat est bon mais vu le casting, on aurait attendu plus de vie et d’entrain dans ce spectacle somme toute assez formaté. Il se murmure d’ailleurs que certains participants se seraient retrouvés dans un bar au sortir de la cérémonie pour jammer jusqu’à l’aube. Malheureusement, il est peu probable que nous n’entendions jamais quoique ce soit de cette nuit qui dut être mémorable.



[1Sources :

LIVRES

  • Heylin C., Dylan, Behind The Shades, Summit Books, 1991
  • Dylan B., Chroniques (volume 1), Fayard, 2005
  • Shelton R., Bob Dylan : Sa Vie Et Sa Musique, Albin Michel, coll. « Rock & Folk » 1987
  • Vanot S., Bob Dylan, Librio, coll. : « Musique », 2001.

SITES WEB

Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n'apparaîtra qu'après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom