Interviews
Conférences de presse des 18èmes Eurockéennes de Belfort

Conférences de presse des 18èmes Eurockéennes de Belfort

par Béatrice le 11 juillet 2006

Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer l'article Envoyer l'article par mail
  Sommaire  

 Montréal...

Les Eurockéennes profitent de leurs têtes d’affiches pour tenter des expériences inédites, mais aussi pour promouvoir des groupes et des scènes encore peu connus. Cette année, le festival s’est entiché de la scène montréalaise, et a invité pas moins de sept groupes originaires de cette ville : Malajube, Duchess Says, Les Georges Leningrad, We Are Wolves, Omnikrom, Ghislain Poirier et Islands. Anglophones, francophones, officiant dans la pop, l’electro-rock, le hip-hop ou le rock indé décalé, ils n’ont pas grand chose en commun, si ce n’est leur ville d’origine, l’appui des Eurockéennes, et un tourneur, qui explique le pourquoi du comment de cette initiative : “C’est un projet qui a démarré l’année dernière avec le programmateur des Eurockéennes ; je suis aussi programmateur d’un festival à Montréal et je l’ai invité a venir voir un peu la scène locale et Montréal parce qu’il ne connaissait pas tous les artistes et qu’il ne connaissait pas la ville non plus, et on a commencé à discuter d’un projet de faire une tournée pour les artistes montréalais en ayant une base avec les Eurocks. Donc du coup, le projet s’est monté, il ya eu un partenariat avec une compilation et des cachets qui ont permis de payer les billets d’avion, et tout le monde est en tournée pour quinze jours, un mois voire un mois et demi pour Islands.

JPEG - 40.8 ko
Montréal

C’est donc qu’il se passe bel et bien quelque chose à Montréal, même si, il est vrai, on n’avait pas vraiment besoin des Eurocks pour s’en rendre compte, il suffisait d’écouter au hasard Rufus Wainwright, The Dears, Arcade Fire ou Wolf Parade... Explication de ce bouillonement par Alexandre Lemieux, Montréalais de son état et entre autre manager des Georges Leningrad : “De bons groupes, tout simplement, il y a de la bonne musique qui se fait à Montréal”. D’accord, mais ces bons groupes, ils ne sortent pas de nulle part... “Il y a un niveau de vie qui colle aux artistes, c’est pas trop cher de vivre à Montréal, continue-t-il,et du coup il y a des gens de partout qui s’y installent, il y a beaucoup d’échanges. (...) Ca touche les deux communautés, anglophone et francophone, même si ça a commencé beaucoup du côté anglophone probablement parce que ce sont des groupes qui pouvaient plus facilement tourner aux États-Unis.” Il rappelle également qu’il y a une profusion de labels indépendants, mais aussi tout un système de distribution locale qui leur permet d’avoir accés aux grandes enseignes de distribution, que la communauté est assez forte, et aussi que l’intermittence du spectacle n’existant pas, c’est vraiment par plaisir que tous ces groupes se sont lancés dans la musique.

JPEG - 12.4 ko
Omnikrom

Il y a Omnikrom et Ghislain Poirier, qui produisent un rap décomplexé qui parle surtout de filles et d’argent, parce que, disent-ils “on parle de ce qu’on aime et donc on parle pas de politique, de choses sérieuses, parce que ça nous fait chier ça.”. Influencés par des groupes français comme TTC (avec qui ils ont collaboré) ou La Caution, ils expliquent également presque préférer le public français au public québecois, parce qu’“il y a une culture de la musique électronique, du hip hop qui est vraiment implantée dans les masses, ce qui n’est pas du tout le cas au Québec. Il y a aussi Duchess Says, qui n’ont pas encore sorti d’album mais qui ont créé une Église (de l’autre côté de l’Atlantique, n’importe qui est libre de créer l’Église qu’il veut) à laquelle la chanteuse délurée nous invite à adhérer sans tarder : “À tout le monde qui est intéressé pour adhérer à notre Église, l’Église des Perruches, c’est une organisation qui regroupe plein de gens de différentes sphères, de différents milieux. On est des gens ouverts donc si vous avez de l’argent c’est déjà bien. Si jamais vous avez pas d’argent cash ou de carte, ça me dérange pas, on prend d’autres choses aussi, des vêtements, de la nourriture...” L’appel a été relayé, avis aux amateurs...

JPEG - 10.3 ko
Islands

Et puis il y a Islands, les seuls anglophones du lot, et probablement les plus connus des deux côté de l’océan. En fait, à la conférence de presse, il n’y a que Patrick (qui sur scène oeuvre tantôt à la guitare tantôt à la clarinette basse) parce que paraît-il le chanteur Nick Diamonds ne parle qu’anglais. Rapidement (la conférence a démarré une heure à peine avant le début du set du groupe), il revient sur le périple en première partie de Beck, racontant : “On a tourné avec Beck au mois d’octobre. Ce qui s’est passé c’est que Beck jouait dans un festival qui a lieu chaque année à Montréal au mois de septembre et je crois qu’il connaissait la musique des Unicorns et qu’il était fan. Donc il a demandé à Nick (Diamonds) et à J’aime (Tambeur) d’avoir Islands comme première partie pour cette date et il a bien aimé alors il nous a invité sur quelques dates aux États-Unis après.” On lui pose ensuite une question sur la présence de membres d’Arcade Fire sur l’album d’Islands, à quoi il répond que “ce sont des amis, on les connaît bien, ce sont des gens sympas et il jouent bien. Ca ne crée pas de pression du tout de les avoir sur le disque, c’est juste des amis qui jouent ensemble.” Au niveau des collaborations, il paraîtrait d’ailleurs qu’à l’occasion des Eurockéennes, le chanteur d’Islands ait proposé à MC Jeanbart d’Omnikrom, qu’il ne connaissait pas avant, de participer à un futur morceau d’Islands... L’interrogatoire s’achève par une référence à J’aime Tambeur, qui vient de quitter le groupe, parce qu’il “a finalement décidé que la musique professionnelle c’était pas vraiment pour lui, il a décidé de voyager un peu. Mais on a trouvé un très bon remplaçant qu’on est très content d’avoir. J’aime nous manque, mais c’est la vie...” Avec ou sans J’aime, on retrouvera en tout cas les Islands avec plaisir au cours de leur tournée.



Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n'apparaîtra qu'après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom