Nouveautés
Down Louishill

Down Louishill

Odran Trümmel

par Fino le 31 janvier 2006

4

paru en décembre 2005 (Another Record)

Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer l'article Envoyer l'article par mail

Avouons-le tout de suite : Odran Trümmel est un homme qui a pour lui un talent indéniable. Ou plutôt serait-on tenté de dire des talents, tant l’album de l’auteur-compositeur-interprète-multi-instrumentiste (...) est surprenant et agréable. Certes, ce constat ne s’effectue pas nécessairement à la première écoute de ce Down Louishill, mais néanmoins, il s’impose, et ce assez rapidement.

Premier élément à mentionner : Odran Trümmel a conçu son album seul (à quelques parties de saxophone près). C’est donc lui et lui seul que l’on entend chanter, mais aussi (entre autres) à la rythmique, à la guitare et à l’harmonica. Mais un album de quoi au fait ? Eh bien un album... de ce qui s’apparenterait à du folk (donc acoustique) chanté et joué par un multi-instrumentiste. Difficile d’en dire plus. C’est bien là l’aspect le plus déroutant de l’album : ce disque d’un artiste, et d’un artiste seul, ressemble finalement assez peu à quoi que ce soit de connu. Bien évidemment, on serait tenté de trouver des points de ressemblance (toute proportion gardée) avec des Adam Green, Elliott Smith ou Andrew Bird, mais il n’y a là guère de comparaison possible. Surprise également car ce que l’on aurait tendance à prendre pour un extraordinaire patchwork musical de prime abord s’avère être aux écoutes suivantes un ensemble assez homogène. La voix du chanteur égrène les balades, tandis que son chant frôle régulièrement avec la rupture, sans jamais y sombrer.

Le disque attaque sur ce qui s’avère finalement une parfaite introduction à ce qui suivra, à savoir Swimming Over The Dam, étrange folk dans lequel un chant entêtant est épaulé par une guitare aux allures tziganes et un rythme discret mais complètement fou. My Brand New Disguise est sans aucun doute l’une des (si ce n’est la) meilleures chansons de l’album, tissée par un magnifique fil de guitare. Mention spéciale au formidable Every Nook And Cranny, doux voyage qui prend à peine le temps de s’emballer pour cesser et s’enchaîner sur l’entraînant Sitting On A Powderkeg. S’en suivent le triste et calme The Weight Of Your Shade, et le mélancolique Shinkansen, avant que l’album ne retrouve quelques couleurs avec l’ensorcelant The Intruder.

Enfin, Salty Lakes ferme d’une magnifique voix apaisée cet album troublant. Un album que l’on est immédiatement tenté de se repasser à la lumière de la première écoute. Et on aurait finalement tort de s’en priver.



Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n'apparaîtra qu'après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom



Tracklisting :
 
1- Swimming Over The Dam (3’31")
2- My Brand New Disguise (3’43")
3- Spooks With Leather Boots (3’40")
4- Mister Cockroach (3’46")
5- Every Nook And Cranny (4’00")
6- Sitting On A Powderkeg (3’08")
7- The Weight Of Your Shade (3’16")
8- Shinkansen (3’12")
9- 4 In The Morning (4’00")
10- The Intruder (3’31")
11- Jokes And Anecdotes (4’53")
12- Astronauts (4’32")
13- Salty Lakes (5’34")
 
Durée totale : 50’53"

Site : http://www.another-record.com