Nouveautés
Mauvais Garçon

Mauvais Garçon

The Naast

par Nils le 10 octobre 2006

4

Paru en août 2006 (Source)

Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer l'article Envoyer l'article par mail

Les Naast, moyenne d’âge : dix-sept ans. Je parle donc de gars plus jeunes que moi, tristesse ? De voir des bambins si prématurément médiatisés ? Peut être pas tant que ça. Sûrement tous d’accord sur le fait que les pages qu’occupent la jeune scène gibusienne dans Rock & Folk sont de trop, mais ce n’est pas pour autant qu’il faut cracher dessus, tourner la tête et se barrer. Soyez tous francs, détracteurs de la jeune scène. Car oui, c’est le grand jeu, les détruire et les assommer sans avoir écouté. N’oubliez pas que nous parlons d’une scène, il y a de tout dedans, du bon et du mauvais. Mais nous sommes ici pour découvrir un groupe bien précis, premier à sortir un album studio (on ne compte pas A.S Dragon et Hushpuppies) dont voici le premier single.

Accompagnés des Second Sex en première partie des Wampas en mai dernier, les Naast sont composés de Gustave (guitare et chant), Lucas (guitare), Clod (clavier) et Nicolas (batterie), ce dernier se chargeant aussi de balancer une chaise sur la pochette. Mauvais Garçon est donc le premier single du groupe de Joinville Le Pont, mais disponible seulement en vinyle. On sera tout d’abord déçu par la face B ne contenant que l’instrumental du titre. Alors rabattons-nous sur le concret et il faut l’avouer, les Naast n’ont rien d’un miroir. Ils ne ressemblent et ne reflètent en aucun cas une scène récente, ils sont décalés, différents, un brin innovateurs et quelque peu provocateurs (sans pour autant qu’on aille jusqu’à les qualifier de punk, toute allusion à ce propos est totalement déplacée, pour eux, mais encore plus pour les autres groupes).

Et puis avant tout, le titre est rock sans basse mais avec un clavier doux (quiconque aurait déjà vu Clod se trimballer d’un Do à un Si aurait du mal à croire que « doux » pourrait un jour qualifier l’homme aux lunettes noires) et minutieux (le passage de mon reflet me guette / me pointe du doigt). Une batterie déjà plus féroce que sur Tu Te Trompes. Les paroles ? Ha, enfin vous comprenez tout sans vous fouler, oui c’est français, mais pourquoi pas (alors que Hugo Pomarat n’arrête pas de me rassurer sur la traduction de Lady Of The Airport des Shades, j’ai encore peur). Le tout est composé par Gustave et en parlant de voix, les chœurs sont peut-être encore mal utilisés mais la balance de voix du jeune leader semble être assuré, elle trouve peut-être enfin un juste milieu qu’on avait du mal à attraper en concert. Au final, cela donne quoi ? Un bon résultat qu’on devrait laisser tranquille, au chaud le temps que cela bouillonne pour exploser, quand ils seront prêts.

Et puis après tout, même si vous n’aimez pas, laissez-leur le temps, ils sont jeunes, et peut être pourrez-vous vous faire un meilleur aperçu sur l’album qui sortira courant janvier 2007. À suivre, et pas de loin.



Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n'apparaîtra qu'après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom