Sur nos étagères
Signs Of A Struggle

Signs Of A Struggle

Mattafix

par Fran le 22 novembre 2005

3,5

sorti le 31 octobre 2005 (Virgin/EMI)

Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer l'article Envoyer l'article par mail

Si l’on en croit la définition donnée par le site officiel du groupe, Mattafix voudrait dire « problème résolu » en patois de Saint-Vincent, île des Caraïbes d’où est originaire Marlon Roudette (la/les voix de Mattafix). A l’écoute de l’album, on se demande bien quel problème le duo a-t-il pu rencontré, tant leur association semble évidente.

Plus que l’alchimie des hommes, ce qui frappe de prime abord c’est la culture musicale hétéroclite de ces jeunes gens que l’on devine à chaque morceau : arpèges à la Page sur I To You, guitares The Curatives sur The Means ou encore rythmes electro-dub chers à Massive Attack. Difficile de ne pas accrocher avec de telles références mais il serait injuste de qualifier Preetesh Hirji, le gars derrière ses platines, de bidouilleur-pilleur de sons. Sans être complexes et révolutionnaires, ses mélodies n’en sont pas moins imparables et gagnent un intérêt certain quand Marlon y pose sa prose de sa voix composite. Le single Big City Life en est un exemple flagrant : sur un beat percutant et un synthétiseur robotique à la Kraftwerk, l’homme alterne aisément voix de fausset, ragga, et flow hip-hop, d’une manière si déroutante qu’il hypnotise à coup sûr les plus récalcitrants. Les compositions rappellent par moments Gorillaz et notamment le néo-folk albarnien, cette alliage harmonieux entre hip-hop, electro, et guitare pop (Gangster Blues ; Passer By). La deuxième partie du disque révèle un côté plus sombre et sans doute plus en phase avec les textes engagés et alarmistes de Roudette, les fameux « signes d’une lutte ». 11:30 a tout de la bande-son idéale pour un futur film sur les réalités urbaines quant à 555, son atmosphère lourde agrémentée çà et là de steel-drum et de bongos est envoûtante à souhait.

Un premier effort réussi pour ce duo anglais avec un disque très fouillé (à la manière de DJ Shadow) et malgré un titre très dispensable (To & Fro). La voix de Marlon Roudette est véritablement hypnotique et soutient souvent à lui seul les compositions.



Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n'apparaîtra qu'après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom



Tracklisting :
 
01. Gangster Blues (4’19")
02. Big City Life (4’00")
03. Passer By (3’33")
04. To & Fro (4’04")
05. Everyone Around You (4’58")
06. Clear And Present Danger (4’20")
07. Older (2’49")
08. I To You (4’21")
09. Impartial (3’55")
10. The Means (4’09")
11. 11:30 (3’28")
12. The Forgotten (3’52")
13. 555 (6’33")
14. Cool Down The Pace (7’02")
 
Durée totale : 59’23"

Article écrit par Fran